Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Matthias Cyprien, principal du collège de Poilly-lez-Gien : "On est sur une ligne de crête"

-
Par , France Bleu Orléans
Poilly-Lez-Gien

Conjuguer le sanitaire et le pédagogique, c'est le défi immense de cette année scolaire qui débute. Entretien avec Matthias Cyprien, principal de collège dans le Giennois, et secrétaire adjoint académique du Syndicat national des personnels de direction de l'Éducation nationale (SNPDEN).

Matthias Cyprien veut garder le sourire en cette rentrée scolaire si particulière
Matthias Cyprien veut garder le sourire en cette rentrée scolaire si particulière © Radio France - François Guéroult

C'est le jour J pour les enseignants et les chefs d'établissement ! Avec ce lundi la pré-rentrée, avant d'accueillir, à partir de demain, les élèves. Beaucoup d'impatience mais aussi de stress, sur fond de menace de Covid-19... Rencontre avec Matthias Cyprien, principal du collège Les Clorisseaux à Poilly-Lez-Gien (450 élèves, une quarantaine d'enseignants et une quinzaine de personnels administratifs ou techniques. Il est, pour l'Académie d'Orléans-Tours, secrétaire adjoint du SNPDEN, le Syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (principal syndicat des chefs d'établissement). Et à ses yeux, le défi de cette rentrée est immense.

Le casse-tête de la cantine

Il y a d'abord le protocole sanitaire publié seulement la semaine dernière par l'Education nationale. Le masque sera obligatoire pour tous les adultes dans tous les établissements, et pour les élèves à partir du collège. En revanche, la règle de distanciation des élèves à l'intérieur des classes a été assouplie. Mais il reste encore des zones d'ombre.

"Il y a des questions qui vont se poser dans l'organisation, notamment pour la pause méridienne, souligne Matthias Cyprien. On nous demande d'élargir les plages de cantine, pour éviter les brassages de population et pour permettre de nettoyer les tables après chaque passage, mais cela risque de rogner sur les heures de cours. On y voit un peu plus clair parce qu'on a l'expérience du déconfinement, mais on est tous dans l'expectative : est-ce qu'il va falloir vivre toute l'année avec le coronavirus ?

Retrouver un rythme de travail normal

Dans l'incertitude, et toujours pour éviter les brassages, chaque classe restera en permanence dans la même salle, ce sont les professeurs qui se déplaceront. C'est du moins la solution retenue, pour ces premières semaines, au collège de Poilly-Lez-Gien. "Mais ce n'est pas sans inconvénient du point de vue pédagogique, reconnaît le principal, cela handicape les professeurs de sciences, de techno, d'arts plastiques qui travaillent d'habitude dans une salle spécialisée avec des travaux pratiques, des expériences, des démonstrations..."

Le collège Les Clorisseaux à Poilly-Lez-Gien accueillera 450 élèves cette année scolarie
Le collège Les Clorisseaux à Poilly-Lez-Gien accueillera 450 élèves cette année scolarie © Radio France - François Guéroult

Toute la difficulté est de trouver le bon équilibre entre l'obsession sanitaire et la priorité pédagogique. "On est vraiment sur une ligne de crête, résume Matthias Cyprien, il va falloir à la fois conjuguer la vigilance sur le plan sanitaire et la réaffirmation de la priorité de l'école qui doit être les apprentissages et la pédagogie. D'autant qu'il va falloir redonner un rythme de travail quotidien et hebdomadaire que tous les élèves ont forcément un peu perdu - a fortiori pour ceux qui ne sont pas allés en cours une seule fois depuis le 13 mars : c'est une minorité, bien sûr, mais cela représente tout de même 50 élèves dans mon collège !"

L'interview de Matthias Cyprien sur France Bleu Orléans est à écouter ci-dessous :

"Redonner le rythme d'une année scolaire la plus normale possible" - Matthias Cyprien

Choix de la station

À venir dansDanssecondess