Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Meurthe-et-Moselle : des parents se mobilisent pour rouvrir une classe à Belleville

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une action est prévue à l'école primaire de Belleville (54) mercredi 11 septembre. Des parents veulent bloquer l'accès aux classes pour sensibiliser sur le sort de leur école qui a perdu sa cinquième classe et compte aujourd'hui 31 élèves en maternelle et une classe triple niveau.

Meurthe-et-Moselle : Des parents se mobilisent pour rouvrir une classe à Belleville (image d'illustation)
Meurthe-et-Moselle : Des parents se mobilisent pour rouvrir une classe à Belleville (image d'illustation) - Capture d'écran Google Maps

Belleville, Meurthe-et-Moselle, France

Bloquer l'accès aux classes. C'est le sens de l'action de plusieurs parents d'élèves mercredi 11 septembre à Belleville. Les manifestants, qui promettent de laisser entrer les enfants dans l'enceinte de l'école pour qu'il n'y ait pas de souci de sécurité, veulent ainsi alerter sur le sort de l'école primaire de ce village meurthois de 1 500 habitants. La cinquième classe a fermé en juin, réduisant l'école à quatre classes pour 108 élèves. "C'est la seconde fermeture de classe en quatre années à Belleville" précise Barbara Bory, représentante de parents d'élèves et fer de lance de la mobilisation. Un première classe a effectivement fermé en 2015. 

Juin 2019, la décision est tombée : l'école présentait 103 inscriptions au lieu des 112 demandés par le rectorat pour maintenir la classe. Quelques parents se sont alors mobilisés, ils ont été reçus à l'Académie mais pas de changement : "Nous n'avions pas les armes pour nous battre à ce moment-là et beaucoup de parents ne se sont pas mobilisés, ajoute Barbara Bory, mais une semaine après la rentrée, on entend ce que nous racontent nos enfants et on ne peut pas ne pas se battre et laisser l'année se passer comme ça."

Depuis la rentrée, son fils, Louis, est dans une classe triple : CE2-CM1-CM2. "Il y a un peu de bruit, j'ai du mal à me concentrer" raconte-t-il. "Les enseignants ont du mal à les gérer, les enfants chahutent beaucoup" renchérit Martine, grand-mère d'une élève de CE1 en signant la pétition. "On se retrouve avec _une classe de maternelles (petite et moyenne section) à 31 enfants_, les grandes sections sont parties avec les CP dans un bâtiment où il n'y a pas de salle de repos et surtout on a une classe triple CE2-CM1-CM2 alors qu'on est censé préparer nos élèves au collège" détaille la maman déléguée qui salue l'engagement des enseignants notamment dans les sorties et l'extra-scolaire et dit avoir peur de perdre "cette qualité d'enseignement et d'ouverture." 

Plus d'ouverture de classes avant la rentrée 2020

Le maire, Serge Laurent, milite quant à lui pour la réouverture de cette cinquième classe mais il regrette l'action tardive des parents : "J'ai eu la confirmation que la dernière réunion de réajustement avait eu lieu lundi, et qu'il n'y aurait pas d'ouverture chez nous. Certaines écoles ont vu des classes fermer à 110, je ne vois pas pourquoi avec 106 a 108 élèves nous passerions devant" constate calmement l'élu qui voit déjà à plus long terme : "Mon objectif c'est de travailler toute cette année, d'étudier notre capacité à remplir les conditions pour rouvrir cette classe en septembre 2020." 

Il ajoute d'ailleurs : "J'ai déjà reçu deux familles qui ont respectivement deux et trois enfants et comptent s'installer à Belleville et scolariser leurs enfants chez nous l'an prochain." Le maire affirme soutenir la volonté des parents mais vouloir avant tout "un dialogue constructif avec le rectorat."

De son côté, le rectorat a rapidement réagi à l'annonce de la mobilisation des parents. "L'agenda de la carte scolaire débute en novembre pour aboutir sur des décisions en juin, et je ne parle pas des ajustements en septembre. Il faut bien à un moment que cela cesse, on ne peut pas faire des ouvertures et fermetures de classe à longueur d'année" explique Philippe Luscan, inspecteur de l'Education nationale et adjoint de la directrice d'Académie de Nancy. Lundi 9 septembre, l'Académie de Nancy-metz a annoncé l'annulation d'une fermeture et la création de deux classes à Longwy, Bainville sur Madon et Villers les Nancy. Ce seront donc les derniers changements de l'année scolaire. 

L'effectif est un critère pour la carte scolaire évidemment, mais ce n'est pas le seul" - Philippe Luscan, adjoint de la directrice d'Académie de Nancy

"L'effectif est un critère évidemment, mais ce n'est pas le seul, et j'insiste là-dessus : beaucoup d'autres critères entrent en jeu dans la composition de la carte scolaire" précise-t-il. Parmi ces critères, la présence ou non d'ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire), la répartition des classes dans une seule école ou dans un regroupement entre plusieurs communes, etc. L'inspecteur tient par ailleurs à réfuter l'idée que le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les REP et REP+ aient ôté des moyens dans les zones rurales : "_En trois ans, nous avons perdu 1300 élèves sur 62 000 dans le département, et pourtant nous avons créé 28 postes_" affirme Philippe Luscan. Il dit comprendre l'inquiétude des parents bellevillois, "même si les classes triple ne sont pas rares dans le département" et assure que le rectorat accompagnera les enseignants tout au long de l'année. L'inspecteur a proposé aux parents de les recevoir à l'issue de leur mouvement ce mercredi 11 septembre à 14 heures. 

Choix de la station

France Bleu