Éducation

Mixité sociale dans les collèges : Rive-de-Gier servira de laboratoire à la rentrée

Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 7 février 2016 à 19:02

Le collège François Truffaut de Rive-de-Gier, récemment rénové.
Le collège François Truffaut de Rive-de-Gier, récemment rénové. © Radio France - Emeline Rochedy

Les expérimentations en faveur de plus de mixité sociale concerneront les collèges François Truffaut et Louise Michel de Rive-de-Gier à la rentrée de septembre, tout comme deux établissements de Roanne, la Loire figurant parmi les départements pilotes.

Aujourd'hui, un collège accueille les adolescents d'une partie de Rive-de-Gier et des communes alentours : François Truffaut, ouvert au début des années 1970, dans le quartier du Grand-Pont, classé zone urbaine sensible. Récemment rénové, cet établissement jouit d'une bonne réputation. Plus de 700 élèves y sont scolarisés.

A l'inverse, plus près du centre ville, le collège Louise Michel, lui, n'a plus la côte. Environ 450 adolescents y sont inscrits. C'est là que les enfants de cette maman auraient dû aller, elle a préféré mettre l'aîné et le cadet dans le privé, au collège des Collines. "J'ai préféré payer et être sûre qu'il n'y ait pas de souci, explique-t-elle. D'ailleurs je discutais avec une maman dont le fils est en CM1 avec ma fille à l'école Victor Hugo (ndlr, en centre ville), elle se demande si elle ne va pas aussi le mettre au collège privé, alors qu'elle habite juste à côté de Louise Michel". Et cette Ripagérienne de poursuivre "elle doit voir ou entendre des choses". Cette mère de famille confie aussi que si elle avait habité plus près de François Truffaut, elle aurait essayé d'y mettre ses enfants. 

Un secteur, deux collèges , quelques dérogations

À la rentrée de septembre, une dizaine de places du plus grand collège de la ville devrait être réservée à des élèves qui auraient dû aller à Louise Michel et dérogeraient ainsi à la règle. Ce sera un test, les modalités viennent d'être présentées au maire de Rive-de-Gier. Mais Jean-Claude Charvin reste dans le flou, il se demande notamment sur quels critères ces enfants seront admis. "On va encore vider le collège Louise Michel qui connait déjà quelques difficultés de fonctionnement", s'inquiète l'élu LR, également conseiller départemental.

"Je n'ai pas envie de déshabiller Paul..." J-C Charvin, maire de Rive-de-Gier.

Même scepticisme du côté de la Fédération des conseils de parents d'élèves, qui s'est rapprochée de l'inspection d'académie dès que la Loire a figuré parmi les départements pilotes sur ce dossier. Les services de l'Éducation nationale ont pu lui répondre fin janvier. "L'idée c'est que les parents puissent éviter un collège considérés comme ghetto, commente Pierre Berlier, le secrétaire adjoint de la FCPE dans la Loire. Nous pensons qu'une carte plus forte permettrait d'aller vers plus de mixité sociale. Là, on va plutôt vers un assouplissement".

Les parents de certaines écoles pourront émettre deux vœux... la FCPE42

Dans la Loire, Roanne sera aussi concerné par l'expérimentation, et plus précisément deux des trois établissements publics de la ville : Albert Thomas et Jules Ferry.

En Haute-Loire, les changements concernent le collège Joachim Barrande à Saugues, au sud-est du département avec l'ouverture d'une section sportive option équitation, qui permettra d'accueillir des élèves hors secteur

Au total, l'expérimentation en faveur de la mixité sociale concernera une soixantaine d'établissements en France, qui en compte plus de 7 000.