Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Mobilisation dans un Collège de Haute-Vienne pour défendre l'intégration des élèves en situation de Handicap

-
Par , France Bleu Limousin

Les cours étaient largement perturbés ce jeudi matin au collège de Couzeix. Dans l'agglomération de Limoges des professeurs se sont mis en grève pour dénoncer la suppression de postes d'accompagnants d’élèves en situation de handicap. C'est l'unité locale d'inclusion scolaire qui est menacée.

Profs, collégiens et accompagnants d'élèves en situation de handicap mobilisés à Couzeix
Profs, collégiens et accompagnants d'élèves en situation de handicap mobilisés à Couzeix © Radio France - Françoise Ravanne

Couzeix, France

"J'aime mon ULIS" pouvait on lire sur les tee-shirts des collégiens. ULIS comme Unité locale d'inclusion scolaire. Le collège de Couzeix étant le seul de l'académie de Limoges à proposer ce dispositif qui permet d'accompagner des élèves en situation de handicap et surtout de les intégrer à part entière dans des classes ordinaires. Ce sont majoritairement des élèves qui souffrent de troubles du langage et d'apprentissage mais parfois également d'un handicap moteur.

Il ne restera plus que deux accompagnants à la rentrée prochaine

En se rassemblant devant le collège, les enseignants, des parents et des collégiens mais aussi des accompagnants d'élèves en situation de handicap ont voulu exprimer leur colère car les postes d'accompagnants sont sur la sellette:  ils étaient 7 en début d'année scolaire , 4 aujourd'hui et ils ne seront plus que deux à la prochaine rentrée. "Nous ne comprenons pas" explique Marina Masselin, une enseignante, "alors que le chef de l'état affirme qu'il veut faire de l'inclusion scolaire une priorité aujourd'hui on casse notre outil qui fonctionne depuis 15 ans".  

"Grâce à ce dispositif ma fille a repris confiance et acquis de l'autonomie" Laurent un parent d'élève 

Plusieurs parents concernés de prés sont venus également soutenir le mouvement de colère au sein du collège. Comme Laurent, le papa d'Axelle élève de troisième et qui souffre de dyslexie. "On a beaucoup sacrifié pour que notre fille vienne ici, grâce à la présence d'accompagnants à ses côtés dans la classe pour suivre les cours Axelle a repris confiance en elle acquis plus d'autonomie". La crainte expliquent encore les enseignants et accompagnants c'est que ces élèves soient mis à part dans des petits groupes et qu'on les retrouve dans des "classes ghetto"

Les manifestants demandent à être reçus par l'inspection académique de la Haute-Vienne.

Choix de la station

France Bleu