Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Collectif des "stylos rouges" : mobilisation ce mercredi 9 janvier à Tours

mardi 8 janvier 2019 à 6:36 Par Yvan Plantey, France Bleu Touraine et France Bleu

Un rassemblement est prévu ce mercredi 9 janvier à 16h devant la mairie de Tours, à l'initiative de professeurs tourangeaux en colère, membre du collectif des "stylos rouges", né sur Facebook. Ils réclament notamment une revalorisation de leur salaire et de leur métier.

Les enseignants de l'Académie Orléans-Tours en colère... et bientôt des 20/20 pour tous les élèves ?
Les enseignants de l'Académie Orléans-Tours en colère... et bientôt des 20/20 pour tous les élèves ? © Maxppp - Philippe Pauchet

Tours, France

Issus d'un groupe Facebook, les "stylos rouges" se déclinent à l'échelle du département : les enseignants en colère de l'Indre-et-Loire se réunissent ce mercredi à 16h devant la mairie de Tours. Se considérant comme "les oubliés" des dernières annonces du gouvernement et des discours d'Emmanuel Macron, ces mêmes enseignants vont pouvoir exposer leurs difficultés et attirer l'attention du public.

Un moyen inédit pour exprimer des revendications

Comme pour les gilets jaunes, les stylos rouges ont décidé d'utiliser Facebook pour s'organiser. Créé à la mi-décembre, le groupe national compte 57.000 membres. Mais des succursales ont aussi été crées en fonction des rectorats. Celle de l'académie Orléans-Tours, crée fin décembre, compte actuellement 385 membres et des dizaines de demandes par jour sont traitées. Jeudi dernier, une première réunion a été organisée pour la région de Tours. 

Cette réunion a permis de valider les revendications portées à l'échelle nationale : moins d'élèves par classe, abrogation des réformes du collège, du lycée et du bac, ou bien encore dégel du point d'indice et augmentation immédiate de sa valeur de 15%, qui provoquerait une hausse du pouvoir d'achat. "Nous aimons notre métier mais on a l'impression de ne pas toujours être soutenu par notre hiérarchie dans les situations difficiles", souligne Caroline, une professeure du secondaire dans deux collèges du département de l'Indre-et-Loire. De nombreux professeurs se retrouvent impuissants face aux classes surchargées et au développement de l'agressivité des élèves. D'où une revendication appelant à "une vraie bienveillance de l'Etat" afin de développer des conditions d'apprentissage plus souples.

Nous avons un rôle essentiel : nous travaillons avec les jeunes, qui sont les adultes de demain. Il est impossible qu'un pays comme la France ne puisse entendre les revendications de ses enseignants. Caroline, une enseignante, membre des stylos rouges

Une mobilisation avec les syndicats ?

Alors que le mouvement des gilets jaunes se veut détaché de toute influence, les stylos rouges n'excluent pas une alliance avec les syndicats. "Nous leur ouvrons la porte", admet Caroline. "Il faut avancer tous ensemble main dans la main, en pensant qu'il faut dépasser les clivages".

Du côté des syndicats, on accueille une telle proposition avec optimisme. Même si le mouvement est encore récent, il y a tout à gagner "à défendre ensemble" selon Sylvain Fovillé, représentant CGT Education 37. "Les syndicats peuvent être des points d'appuis pour les professeurs qui vont s'engager contre la dégradation de nos conditions de travail" selon elle.

En tout cas, cet appel a bien été reçu par les syndicats, puisque des représentants de la CGT Education font déjà partie des stylos rouges pour l'Académie d'Orléans-Tours. Le collectif se réunira jeudi 10 janvier pour décider de la suite du mouvement à Tours et dans ses environs. Avec une perspective : certains professeurs notant toutes leur copies avec un 20/20, comme à Lille, et qui ne transmettent pas les véritables notes au rectorat.