Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Grève dans l'Education Nationale : la loi Blanquer "détériore le système plus qu'elle ne l'améliore" estime la FSU

-
Par , , France Bleu Limousin

Journée d'action dans l'Education Nationale ce jeudi, contre le projet de loi "pour l'école de la confiance" du Ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Qu'est-ce qui ne va pas ? Jean-Pierre Durth, Secrétaire Départemental de la FSU en Corrèze, était l'invité de France Bleu Limousin ce matin.

Les enseignants sont opposés à la loi Blanquer (photo: manifestation à Paris, fin mars 2019)
Les enseignants sont opposés à la loi Blanquer (photo: manifestation à Paris, fin mars 2019) © Maxppp - Vincent Isore

Limousin, France

C'est une journée d'action dans l'Education Nationale ce jeudi, contre le projet de loi "pour l'école de la confiance" du Ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Qu'est-ce qui ne va pas ? Jean-Pierre Durth, le Secrétaire Départemental de la FSU en Corrèze était l'invité de Nicolas Blanzat ce matin sur France Bleu Limousin à 8h15.

Il y a un front commun dans le mouvement d'aujourd'hui : c'est un ras-le-bol général ?

Depuis qu'Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer sont là, l'Education et les services publics ont été largement malmenés. Donc nous sommes en pleine période de contestation puisque Jean-Michel Blanquer est en train de faire une loi qui ne nous satisfait pas du tout, à tous les étages, du la maternelle au supérieur.

C'est-à-dire ?

Il y a des amendements qui sont pris, qui détériorent le système plus qu'il ne l'améliore. A savoir le droit de réserve des enseignants, le remplacement des enseignants par des étudiants, c'est l'établissement de savoirs fondamentaux qui engloberaient le 1er degré et le second degré. On ne sait pas très bien comment ça va fonctionner, mais le but est certainement de supprimer des postes. Donc, c'est toute une somme de décisions qui ne nous conviennent pas du tout. (...) Nous voyons bien qu'il y a une ligne directrice de "récupérer des postes", en permanence, pas que depuis que Jean-Michel Blanquer est là, tout le reste est de la littérature.

Dans le second degré, il y a aussi des questions de moyens ?

Vous avez pu assister à la carte scolaire du département ces dernières semaines. Nous avons perdu une cinquantaine de postes, donc effectivement les collèges et lycées sont impactés et les conséquences sont préjudiciables à nos élèves puisque forcément quand on perd des postes, on ne supprime pas les élèves,et donc nous allons avoir des classes surchargées, ce qui pose un problème pour un enseignement de qualité.