Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Mouvement des lycéens : "C'est important de continuer" estime une représentante UNL du nord France-Comté

lundi 10 décembre 2018 à 19:55 Par Jonathan Landais et Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

Le syndicat lycéen UNL appelle à continuer les blocages tout au long de la semaine, et principalement ce mardi, contre la réforme du bac. Plusieurs établissements du nord Franche-Comté étaient encore perturbés ce lundi.

Le syndicat lycéen UNL appelle à continuer les blocages, principalement ce mardi.
Le syndicat lycéen UNL appelle à continuer les blocages, principalement ce mardi. © Maxppp - Alexis Sciard

Lure, France

Le syndicat lycéen UNL appelle à continuer les blocages et les manifestations tout au long de la semaine. Dans un communiqué, le syndicat pointe "les violences des reformes Blanquer" qui doivent "redevenir le sujet central" de leur mobilisation. L'UNL estime que le gouvernement "instrumentalise" les violences pour "détourner les débats _au sujet de Parcoursup, de la réforme du Bac_, de la voie professionnelle et du SNU" (Service national universel).

C'est un des premiers mouvements lycéens qui prend depuis un an et demi"

Clara Monnain est représentante du syndicat lycéen UNL au lycée Georges Colomb de Lure, en Haute-Saône. Elle est en Terminale Littéraire. Pourquoi appelle-t-elle à poursuivre le mouvement ? "Déjà c'est un des premiers mouvements lycéens depuis un an et demi, avec toutes les réformes, qui prend à ce point-là".

"Rester devant le lycée et parler de nos revendications peut avoir plus d'impact"

"Et puis suite à tout ce qu'on a vu... les réponses du gouvernement et surtout les répressions policières (elle évoque notamment la vidéo de Mantes-la-Jolie NDLR), c'est important de continuer, encore et encore", estime-t-elle.

Notre bac ne sera pas égal partout en France"

Selon elle la réforme du bac crée une inégalité de traitement entre les lycées ruraux et les lycées parisiens. "Par exemple au Lycée Colomb à Lure (Haute-Saône), _l'option sport va être supprimée parce que le lycée ne l'a pas demandée_, alors que c'est quand même une opportunité pour le bac de pouvoir passer cette option-là (...) les examens qu'on passera en contrôle continu ne seront absolument pas les mêmes entre chaque lycée, ça veut dire qu'à la fin notre bac ne sera pas égal partout en France".

Le syndicat annonce des blocus et des actions toute la semaine et "principalement le mardi pour la "Revanche lycéenne". "Une jeunesse qui se soulève est une jeunesse capable d'imposer ses revendications", martèle l'UNL dans son communiqué : "Rendons nos revendications audibles".