Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : quelle politique pour la petite enfance à Landerneau ?

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est un enjeu pour inciter les familles à s'installer dans une commune : les places en crèche et les différents modes de garde disponibles des enfants sont un critère essentiel pour les jeunes parents. À Landerneau dans le Finistère, le nombre de places a déjà été renforcé depuis dix ans.

Landerneau a renforcé le nombre de places en crèche depuis dix ans.
Landerneau a renforcé le nombre de places en crèche depuis dix ans. © Radio France - Marine Chailloux

C'est une préoccupation essentielle pour les parents d'enfants en bas âge, parfois dès le début de la grossesse : trouver une place en crèche s'apparente parfois à un parcours du combattant. Dans la commune finistérienne de Landerneau, leur nombre a donc été augmenté depuis dix ans pour trouver un équilibre, en collaboration avec l'association Don Bosco qui gère la crèche. Le maire actuel, candidat à sa succession, et son opposant envisagent tous deux d'ajuster les moyens.

Faire évoluer les places en crèche

"On est passé de 50 à 69 places de crèches (chacune permettant d'accueillir 2,5 enfants) en deux mandats, on est plutôt dans la fourchette haute par rapport aux communes comparables", se félicite Patrick Leclerc, maire divers droite, candidat à sa succession. L'accueil en centre de loisirs a plus que doublé de 80 à 176 places. "On a un équilibre même si parfois ça ne correspond pas à la demande, car des familles font garder leurs enfants sur des horaires atypiques ou de façon très morcelée dans la semaine, précise-t-il. Bien évidemment, si l'offre doit être augmentée, on le fera."

De son côté, le candidat divers-gauche Jean-François Bodilis se dit prêt à _"_créer une mini-crèche municipale s'il y a besoin de nouveaux postes afin de compléter le manquement dans les structures associatives existantes. On discutera avec elles si on peut y ajouter quelques places ou s'il faut les prendre à la charge de la mairie." Il envisage par ailleurs "que les enfants issus de familles défavorisées soient prioritaires pour les places en crèche ou aient une compensation financière s'il n'y en a plus."

Quelle place pour les assistantes maternelles ? 

"On a aujourd'hui _une centaine d'assistantes maternelles et deux maisons pour les accueillir_, avec douze places chacune, précise Patrick Leclerc. L'une d'elles devrait s'agrandir prochainement." "Entre les assistantes maternelles et la crèche collective, on arrive à répondre à 95% des demandes", précise-t-il.

Jean-François Bodilis veut de son côté développer les structures d'accueil. "On s'est aperçu que les assistantes maternelles auraient besoin de locaux couverts dans certains quartiers, explique-t-il. Une fois qu'elles sont sorties de chez elles, ce serait bien qu'elles puissent organiser des activités en gardant les enfants à l'abri quand il ne fait pas beau." Il envisage donc de mettre une salle municipale à leur disposition

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu