Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Nancy, opération séduction pour le nouveau collège Jean Lamour

dimanche 5 mars 2017 à 6:50 Par Magali Fichter, France Bleu Sud Lorraine

Les familles des futurs élèves de 6ème ont pu découvrir l'établissement en avant-première lors d'une visite de chantier, ce samedi. Le collège Jean Lamour ouvrira ses portes en septembre et doit devenir un modèle en matière de mixité sociale.

Parents et élèves découvrent le nouveau collège Jean Lamour
Parents et élèves découvrent le nouveau collège Jean Lamour © Radio France - Magali Fichter

Nancy, France

Le collège Jean Lamour fait les yeux doux aux futurs élèves de 6ème et à leurs parents ! C'est à eux, et à eux d'abord qu'il sera réservé en septembre, avec l'ouverture au 56, boulevard de Scarpone de trois classes de 6ème, avant que les autres niveaux ne les rejoignent en 2018.

Ce collège a deux particularités : c'est le premier collège "à énergie passive" du département, il est construit en béton, bois et paille et il ne consomme pas plus que ce qu'il produit. Et surtout, il regroupera des élèves du centre-ville de Nancy (secteur Boudonville-Scarpone-Libération), du centre de Maxéville, et du quartier populaire du Haut du Lièvre. Concrètement, à terme, les élèves auront le choix entre le futur collège Plateau et le collège Jean Lamour.

Le choix entre deux collèges

Il s'agit de favoriser la mixité sociale, dans le cadre d'une expérimentation "Secteur multi-collèges" lancée par le ministère de l'éducation nationale. Mathieu Klein, le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, explique : "Normalement, quand vous habitez à un endroit, vous avez un collège de rattachement. Là, vous allez avoir le choix entre deux collèges de rattachement - le collège le plus proche de chez vous, et un autre collège. Il n'est plus acceptable que seuls les enfants des quartiers populaires comme le Haut du Lièvre passent toute leur scolarité, de la maternelle à la troisième, au pied de leurs immeubles".

Mathieu Klein explique le nouveau fonctionnement - Radio France
Mathieu Klein explique le nouveau fonctionnement © Radio France - Magali Fichter

Comment donner envie aux parents d'inscrire leurs enfants au collège Jean Lamour ? Pour l'instant, les murs sont encore bruts, mais en septembre, le collège sera flambant neuf. Amina, qui habite au Haut du Lièvre, est enthousiaste : "J'adore la salle de musique et celle d'arts plastiques, et aussi les salles de sciences. C'est juste dommage qu'il n'y ait pas de gymnase".

Rassurer les parents

Mais pour les parents, il y a des inquiétudes qui n'ont rien à voir avec les équipements. Pour la rentrée 2017, seules trois classes de sixième seront ouvertes, mais une maman de Maxéville s'inquiète par exemple du fait qu'à la rentrée 2018, les 5e, 4e et 3e du collège Claude Le Lorrain, classé REP et qui fermera ses portes, seront tous transférés à Jean Lamour. "Un collège neuf, ça ne fait pas tout. Je m'inquiète un peu pour les mauvaises fréquentations", souffle-t'elle à demi-mots.

Mais c'est justement l'objectif : Que les enfants de différents quartiers se fréquentent, se rencontrent, bref, se mélangent ! La principale des collèges Alfred Mézières et Jean Lamour, Nathalie Defranoux, se veut rassurante : "Une fois qu'ils se connaissent, ils sont des gamins, ensemble, dans des classes, ils oublient qu'ils viennent de tel ou tel endroit." Et il y aura des outils pour que la mixité sociale fonctionne, promet l'inspecteur d'académie, Jean Luc Strugarek : "L'équipe pédagogique sera particulièrement vigilante, les moyens nécessaires seront fournis pour que le collège fonctionne dans les meilleures conditions possibles, autour de projets fédérateurs". Des projets autour des sciences ou encore une option arts du cirque, tout n'est pas encore défini mais le collège, c'est sûr, ouvrira ses portes en septembre et accueillera à terme un peu moins de 400 élèves.