Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Nanterre : les partiels définitivement annulés, des oraux ou des devoirs maison proposés

mardi 15 mai 2018 à 18:58 - Mis à jour le mardi 15 mai 2018 à 20:56 Par Thomas Séchier, France Bleu Paris et France Bleu

Après l'échec de la délocalisation des partiels à Arcueil, le président de l'université a annoncé ce mardi qu'il renonçait aux examens traditionnels. A la place, les élèves passeront des oraux, des épreuves en ligne ou rendront des devoirs maison.

Près de 200 étudiants ont voté le "blocage administratif" de Nanterre, mardi 15 mai
Près de 200 étudiants ont voté le "blocage administratif" de Nanterre, mardi 15 mai © Radio France - Thomas Séchier

Nanterre, France

Une décision "responsable". Jean-François Balaudé, président de Paris-X Nanterre, a décidé d'annuler les derniers partiels qui devaient se tenir, par crainte de nouveaux incidents.

La semaine dernière, les examens délocalisés à Arcueil n'ont pas pu avoir lieu, perturbés par des manifestants. Mardi 15 mai, l'université a donc officialisé le recours aux évaluations alternatives

Extrait du communiqué du président de l'Université, mardi 15 mai - Radio France
Extrait du communiqué du président de l'Université, mardi 15 mai © Radio France - Thomas Séchier

"Les examens ne seront pas bradés"

"L'intention n'est pas de brader les examens", rassure Jean-François Balaudé. "C'est simplement le sentiment de responsabilité qui l'emporte. Nous ne souhaitons pas aller vers une surenchère qui conduirait à débloquer de force les bâtiments, avec le risque de nouveaux incidents."

Il sera donc proposé aux étudiants des oraux, des épreuves en ligne écrites et en temps limité, des travaux à la maison, des mini-mémoires ou encore des QCM en ligne. Il reconnaît que "les étudiants sont un peu exaspérés de subir cette situation, les enseignants et les personnels administratifs sont épuisés de préparer des examens qui ne peuvent pas avoir lieu. Or, nous savons faire autrement. Nous allons donc nous retrousser les manches et proposer ces épreuves alternatives pour finir l'année du mieux possible."

Des étudiants toujours pas satisfaits

Sur le campus, les étudiants sont divisés. Irène et Camille, qui étudient en licence d'arts du spectacle, ont obtenu de leur professeur qu'elles rendent un travail de groupe. "On y prend beaucoup plus de plaisir que pour un partiel classique", se félicite Irène, mais Camille reconnaît qu'en acceptant cette proposition, "_on fait le jeu de la fac, ils auront leurs notes_, qui ne voudront rien dire car nous avons réalisé ce travail à 15 élèves, c'est juste administratif".

François, étudiant en 3e année de licence de droit franco-espagnol, n'est pas défavorable aux devoirs maison mais contre les partiels en ligne. "J'ai des amis qui n'ont pas Internet ou qui n'ont pas les moyens de s'acheter un ordinateur. J'en ai même un qui ne sait pas s'en servir ! Si cette solution est retenue, il y aura un boycott ou un sabotage... "

Du côté des anti-blocage, Etienne se désole. "Pour ceux qui ont bien bossé toute l'année, c'est un peu injuste. Et pour ceux qui passeront les concours des grandes écoles, les partiels constituent un bon entraînement. Là, ça sera pénalisant...".