Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nathalie Mourlon secrétaire générale de la FCPE en Creuse : le harcèlement scolaire il faut en parler !

-
Par , France Bleu Creuse

700.000 enfants sont chaque année victimes de harcèlement scolaire. Intimidations, moqueries, violences verbales ou physiques, il peut prendre plusieurs formes et provoque chez sa victime une perte de l'estime de soi, de l’anxiété et des troubles du comportements.

Le harcèlement scolaire touche un élève sur dix en primaire et au collège
Le harcèlement scolaire touche un élève sur dix en primaire et au collège © Radio France - PQR/ESTECLAIR

Un enfant sur dix est victime de harcèlement scolaire ! Ce fléau touche chaque année 700.000 enfants qui souvent n'osent pas en parler. L'éducation nationale a mis en en place un numéro de téléphone gratuit, le 3020, pour les aider. Nathalie Mourlon est la secrétaire générale de la FCPE en Creuse. Elle était ce lundi matin l'invitée de France Bleu Creuse. Retrouvez son interview en vidéo ici.

En parler

Violences verbales, physiques, humiliations, brimades, le harcèlement scolaire peut prendre plusieurs formes. Et beaucoup d'enfants qui en sont victimes n'osent pas toujours l'avouer. "Il faut faire attention aux changements de comportements, explique Nathalie Mourlon, lorsqu'un enfant se referme, s'isole". Les parents doivent ensuite prendre contact avec le directeur de l'école, le principal du collège ou le proviseur du lycée. "Il faut savoir si quelqu'un a vu quelque chose au sein de l'établissement, à la cantine, dans les classes, dans la cour, ou même devant la grille". Plusieurs choses vont ensuite se mettre en place. On va protéger la victime et sanctionner le harceleur, "conseil de discipline, une mise à pied de trois jours". Pour la secrétaire générale de la FCPE en Creuse, les personnels de l'éducation national ont une bonne connaissance du problème. "Ils sont informés mais pas forcement formés. On évite de parler de harcèlement et c'est dommage parce qu'il faut en parler". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess