Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On ne pouvait pas y échapper" : la FCPE Centre-Val de Loire réagit à l'annonce du reconfinement

Ce reconfinement n'est pas inattendu pour la coordinatrice régionale pour le Centre-Val de Loire de l'association de parents d'élèves FCPE Martine Rico. Ce nouveau tour de vis sanitaire pose question quant à l'organisation des parents et aux inégalités entre familles.

Une salle de classe de l'école primaire de Coings, dans l'Indre
Une salle de classe de l'école primaire de Coings, dans l'Indre © Radio France - Jérôme Collin

Pas de surprise pour Martine Rico, la coordinatrice régionale de la FCPE en Centre-Val de Loire avait anticipé le reconfinement annoncé par Emmanuel Macron ce mercredi soir et ses conséquences. Les crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés pendant trois semaines. La semaine du 5 au 12 avril, "les cours pour les écoles, collèges et lycées se feront à la maison", a annoncé Emmanuel Macron. A partir du 12 avril, toutes les zones seront en vacances pour deux semaines. La rentrée s'effectuera le 26 avril, physiquement pour les écoles et à distance pour les collèges et lycées. Ces établissements rouvriront leurs leurs portes le 3 mai.

"On pouvait s'attendre à un durcissement de cet ordre-là. C'est quelque chose qu'on imaginait déjà aux vacances précédentes. C'est vrai que cela devient nécessaire. On pouvait pas y échapper", se résigne Martine Rico. La coordinatrice régionale pointe du doigt les problèmes susceptibles de surgir face à ce nouveaux régime pour l'éducation. "Il y a du mal-être et la souffrance psychologique chez les jeunes, il faut l'entendre. La difficulté des familles à faire les cours, à pouvoir s'organiser. Les inégalités ces situations mettent en avant. Il faut se préparer aux souffrances que ça provoque derrière. Parce que c'est vrai qu'il y a des jeunes qui vont vraiment très mal, très, très mal." Décrochage scolaire, tensions intra-familiales, dégâts psychologiques sur les plus jeunes, les foyers d'inquiétude sont nombreux. 

Pour autant, le mal était nécessaire, concède-t-elle, "il devenait urgent de prendre une mesure pour que les enfants ne soient plus, selon les situations et selon les moments, ensemble, à croiser d'autres gens, ça devenait très compliqué. D'autant que les modalités d'organisation dans les écoles, collèges et lycées sont différentes selon les temps. Le temps de cantine, ce n'est pas la même chose que le temps de classe. Le temps des garderies pour les petits, c'est encore autre chose." 

Du matériel pour les cours à distance

Le retour du confinement annonce également le retour des cours à distance. Tous les niveaux scolaires seront concernés au cours de la semaine du 5 au 12 avril. De nouveau à partir du 3 mai, uniquement pour les collèges et les lycées. Martine Rico affirme que des moyens sont mis en œuvre par les collectivités. Des prêts et des aides à l'achat de matériel informatique pour suivre ces cours en distanciel sont prévus par la Région et les Départements.

La représentante de la FCPE évoque également des lieux connectés à internet mis à disposition des familles dépourvues d'accès au réseau. Mais Martine Rico ne crie pas victoire pour autant, "maintenant il faut que ça puisse réellement se mettre en œuvre. C'est autrement plus compliqué. Tout le monde n'est pas à égalité en ce qui concerne les moyens de déplacement, par exemple". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess