Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On nous lance dans la cage aux lions" : l'inquiétude des lycéens tourangeaux à un mois du baccalauréat

-
Par , France Bleu Touraine

A un mois du début des épreuves du baccalauréat, les lycéens tourangeaux sont inquiets. Elèves de Première et de Terminale ne se sentent pas suffisamment préparés, après une année de cours entre présentiel et distanciel.

Dans un mois, les 5.000 élèves de Terminale d'Indre-et-Loire passeront le baccalauréat.
Dans un mois, les 5.000 élèves de Terminale d'Indre-et-Loire passeront le baccalauréat. © Radio France - Nathalie Col

Le baccalauréat arrive à grand pas. Le 17 juin prochain, les élèves de Terminale plancheront sur leur dissertation ou commentaire de philosophie, seule épreuve écrite cette année pour les filières générales. Mais à un mois du bac, les lycéens tourangeaux se sentent loin d'être prêts, après une année de cours entre présentiel et distanciel. 

"Je ne sais pas si on aura fini le programme"

"Mon prof de philosophie ne fait pas de visio quand on est en distanciel, donc j'ai l'impression d'avancer deux fois moins vite. Je ne sais pas si on aura fini le programme d'ici le bac", s'inquiète Charlotte, en Terminale au lycée Balzac, à Tours. Après leur mobilisation et les blocus de plusieurs établissements il y a une semaine, les candidats au bac ont pourtant obtenu de nouveaux aménagements, en plus du contrôle continu pour la quasi-totalité des matières. Pour la philosophie, ils auront davantage de choix de sujets et la note retenue sera la meilleure entre celle de l'épreuve et la moyenne de l'année. 

Le stress face au grand oral

Mais ce qui inquiète surtout les Terminales, c'est le maintien du grand oral, cette nouvelle épreuve de 20 minutes sur une des deux spécialités choisies, qui doit se tenir à partir du 21 juin. "C'est encore flou, on ne sait pas trop comment faire. On est la génération test", explique Dorian, lycéen à Balzac. "On n'est pas du tout préparé pour ça. Moi, je ne me sens pas du tout prête à faire le grand oral", ajoute Claire. "On n'a pas vraiment eu le temps de le travailler en cours. Ce n'était vraiment pas de bonnes conditions cette année". La jeune femme aimerait, comme certains de ses camarades, que l'épreuve soit tout simplement annulée. 

"Nous lancer dans la cage aux lions"

Du côté des Premières, l'inquiétude est aussi grande pour l'épreuve anticipée de français. Au lycée François-Rabelais, à Chinon, les élèves ont également participé au blocus pour demander le contrôle continu, sans succès. "On n'a pas d'oral blanc, on doit s'entraîner chez nous et envoyer un audio à notre prof. Ce ne sont pas les vraies conditions pour s'entraîner", regrette Thibault. Les lycéens ne se sentent pas mieux préparés à l'écrit. "Au bac blanc, on a eu 9/20 de moyenne sur tous les Premières. On n'est pas du tout prêt", s'alarme Rachel. Et Jade de résumer : "On n'a eu cours que la moitié de l'année, on n'a pas eu le temps de faire tout le programme, tous les livres et textes. C'est un peu nous lancer dans la cage aux lions. Faites quelque chose que vous n'avez pas appris à faire"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess