Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Opération "collège et lycée morts" ce jeudi dans deux établissements scolaires du Territoire de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le collège Michel Colucci de Rougemont-le-Château et le lycée Courbet de Belfort seront "morts" ce jeudi 25 janvier. Les élèves sont appelés à ne pas aller en cours. Une opération pour sensibiliser le grand public à la baisse des dotations dans les collèges et lycées.

Une participation massive est attendue ce jeudi pour l'opération "collège mort" devant l'établissement de Rougemont-le-Château.
Une participation massive est attendue ce jeudi pour l'opération "collège mort" devant l'établissement de Rougemont-le-Château. © Radio France - Thomas Vichard

Il n'y aura personne ou presque ce jeudi 25 janvier dans deux établissements scolaires du Territoire de Belfort. Une opération "collège mort" est organisée à Rougemont-le-Château au collège Michel Colucci et "lycée mort" à Belfort au lycée Courbet. Enseignants et parents d'élèves manifestent contre la baisse des dotations dans les établissements du second degré à la rentrée prochaine. Ce sont les heures allouées par le rectorat et l'inspection académique pour organiser notamment les enseignements obligatoires, optionnels, ou de soutien. Sur l'ensemble du département, cela représente l'équivalent de 15 postes d'enseignants en moins

Une classe de cinquième supprimée au collège Michel Colucci

Concrètement, pour le collège Michel Colucci, la dotation baisse de 23 heures, ce qui entraînera la suppression d'une classe de cinquième. "Ça veut dire que la répartition est différente entre les emplois du temps des professeurs, des élèves, des classes, des matières, et ça veut également dire augmentation des effectifs dans les classes de cinquième. On passera à 30 élèves par classe donc ce ne sont pas des conditions acceptables", affirme Pierre-Yves Guéro, le représentant du "Groupement de Parents" du collège de Rougemont-le-Château. 

Les enseignants doivent aussi s'adapter à la situation. "Avec cette classe supprimée et l'augmentation des effectifs, on n'est plus autant en capacité d'individualiser les apprentissages vis-à-vis des enfants les plus en difficultés", explique Didier Vallverdu, professeur de mathématiques de l'établissement. Par ailleurs maire de Rougemont-le-Château, il a également mobilisé une quinzaine d'élus des communes environnantes, qui seront là ce jeudi à 13h30 devant les grilles jaunes du collège.  

Il y aura également quelques dizaines d'élèves, eux aussi soucieux selon Nathalie Kern, maman d'une collégienne de quatrième : "Se retrouver à 30 par classe forcément ça inquiète les enfants, il se posent des questions, il se demandent comment ça va se passer, ce qui va changer. On a le sentiment d'être laissés-pour-compte.

Le "Groupement de Parents" s'attend à une forte mobilisation ce jeudi. Sur les 285 élèves du collège, il ne devrait y en avoir qu'un vingtaine présents ce jeudi dans l'établissement. Ceux qui viendront seront accueillis par les enseignants présents.

Un impact sur les options de spécialité au lycée

Au lycée, les options de spécialité sont également touchées par cette baisse des dotations. "Au lycée Courbet, vous avez 50 élèves qui auraient choisi sciences et techniques de laboratoire en seconde. Cette option disparaît alors qu'elle est demandée. Pareil pour l'option management et gestion ou pour la spécialité musique. Donc il faudra aller jusqu'à Besançon pour un jeune belfortain qui souhaite prendre cette spécialité-là. cette réforme à la base c'est plus d'offres pour les élèves plus de choix plus de liberté mais on voit en réalité qu'on appauvrit l'offre de formation et qu'on met de plus en plus d'élèves dans les classes", détaille Benoît Guyon, professeur de Sciences économiques et sociales et représentant du syndicat SNES-FSU au lycée Courbet. 

Une opération de tractage et de déploiement de pancartes et de banderoles aura lieu dès 8h ce jeudi, avant deux heures plus tard, d'entamer une action symbolique sur le parvis de l'établissement.

Contacté par France Bleu Belfort Montbéliard, l'inspecteur d'académie répond que la baisse des dotations est la conséquence d'une diminution du budget alloué à l'académie de Besançon.  Mais Eugène Krantz dit comprendre "la colère du collège de Rougemont-le-Château" et se tient "prêt à discuter avec une délégation".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess