Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup pour les futurs bacheliers, blocage des universités : le baptême du feu de la nouvelle rectrice de Grenoble

vendredi 18 mai 2018 à 11:30 Par Adeline Divoux et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Les premiers résultats de Parcours Sup tomberont mardi 22 mai, un jour très attendu par les futurs bacheliers qui ont formulé leurs voeux d'affectation pour la rentrée. L'ancien système ne pouvait plus continuer, selon la nouvelle rectrice de Grenoble, Fabienne Blaise.

Fabienne Blaise, nouvelle rectrice de l'académie de Grenoble dans le studio de France Bleu Isère
Fabienne Blaise, nouvelle rectrice de l'académie de Grenoble dans le studio de France Bleu Isère © Radio France - Adeline Divoux

Grenoble, France

"L'équipe est très mobilisée, évidemment sur Parcours Sup, mais aussi sur l'ensemble des dossiers. L'académie de Grenoble est très dynamique. Elle met en place des dispositifs pour les élèves qui m'ont émerveillée",  confie Fabienne Blaise. La nouvelle rectrice de l'académie de Grenoble prend la suite de Claudine Schmidt-Lainé, démise de ses fonctions à la suite de problèmes judiciaires. Avant cette nouvelle fonction, elle était présidente de l'Université Lille 3. Elle affirme avoir été surprise par les dispositifs de l'académie : "La pédagogie en lien avec la recherche par exemple, la pédagogie d'enseignement des langues en immersion dès la maternelle que je ne connaissais pas."

On comprend l'inquiétude des lycéens parce que les changements suscitent de l'inquiétude

Quel regard porte la nouvelle rectrice sur les grognes dans les campus ? "L'inquiétude des lycéens, elle est compréhensible parce que le dispositif change et que cela amène de l'angoisse. Mais celle des étudiants, on peut moins la comprendre.", dit-elle au micro de France Bleu Isère. Elle ajoute : "Les étudiants ne sont pas vraiment concernés, mais on peut comprendre qu'ils soient solidaires de ceux qui viennent après eux." Pour Fabienne Blaise, "Il ne faut pas instrumentaliser les choses."Elle regrette les blocages qui donnent une mauvaise image de l'Université : "Tout ce qui est fait pour la dévaloriser,  pour dissuader les jeunes d'y aller, me paraît difficile à comprendre",

Fabienne Blaise sur France Bleu Isère

Deux tiers des élèves auront leurs résultats avant le Bac

"Parcours Sup a été mis en place parce que l'ancien système ne pouvait plus durer. L'échec en licence était vraiment impressionnant", rappelle Fabienne Blaise. Elle précise qu'il y avait deux sélections absurdes : par tirage au sort et par l'échec pendant la scolarité à l'université. Ce qui change avec cette réforme, indique-t-elle, c'est la phase d'orientation : "Il y aura une prise en charge au lycée, avec deux professeurs principaux qui guident les élèves. Le parcours est déjà beaucoup plus individualisé."

Dès mardi 22 mai, les élèves de Terminale pourront connaître leur orientation pour la rentrée de septembre. "Environ deux tiers des élèves auront leur réponse avant le Bac", affirme la rectrice. 

Les lycéens ne doivent pas se précipiter pour valider leur choix

Pour les autres, les résultats arriveront  jour après jour, au fur et à mesure des désistements des étudiants. "Cela va être un processus continu", précise Fabienne Blaise. qui invite les candidats à ne pas se précipiter à valider leur choix, car un vœu peut devenir un choix possible quelques jours après.  Une commission, sous l'autorité du rectorat, est également mise en place pour les candidats dont les réponses seront toutes négatives, à partir du 22 mai. "Pour chaque demande, nous répondrons avec cette commission pour proposer une solution", indique la rectrice.