Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup : comment l'Université d'Orléans a géré les voeux des futurs bacheliers ?

mardi 29 mai 2018 à 6:05 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans

L'Université d'Orléans a reçu 13.746 voeux via la plate forme Parcoursup pour l'accès à l'enseignement supérieur. Seules les filières Eco-Gestion et Staps ont étudié en détail les dossiers et mis en place des listes d'attente.

L'université d'Orléans a limité les sélections à la licence éco- gestion et aux Staps
L'université d'Orléans a limité les sélections à la licence éco- gestion et aux Staps © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

Avant même sa mise en place, Parcoursup, le nouveau système d'inscription dans l'Enseignement supérieur a été présenté par certains comme une machine à sélectionner les futurs bacheliers. Mais, dans les faits, cette sélection n'a pas toujours été appliquée. C'est le cas à l'Université d'Orléans où les enseignants en Lettres, en Langues, en Sciences Humaines ou encore Sciences de la Terre ont refusé d'étudier les dossiers des futurs bacheliers. Du coup, en accord avec la Présidence de l'Université, un " Oui" a été donné d'office à toutes les demandes dans ces filières.  

Pas de sélection dans plusieurs filières

" On a voulu envoyer un signe politique fort comme quoi l'Université reste ouverte à tous les bacheliers" explique Yann Mercier-Brunel, Vice Président de l'Université d'Orléans, chargé de la formation et de la vie universitaire. Maintenant, cette politique " des bras ouverts" pourrait créer quelques problèmes à l'Université.  "On a quelques filières en tension où cette décision risque d'entrainer des difficultés" souligne Yann Mercier- Brunel.  Il cite par exemple LEA Anglais- Japonais où l'Université devra peut- être embaucher un enseignant supplémentaire en Japonais. Maintenant, l'Université prend un risque modéré sur ces filières. On sait que beaucoup de futurs étudiants s'inscrivent en Lettres ou Langues pour "assurer leurs arrières" mais au final, ils feront d'autres choix. 

Pas de sélection dans plusieurs filières, pourquoi ?

Des listes d'attente en Eco- Gestion et en filière Sport 

L'Université d'Orléans n'a pas la même souplesse sur d'autres filières déjà en tension. Par exemple, pour la Licence Eco- Gestion, très demandée. Là, les voeux et les dossiers déposés sur Parcoursup ont été épluchés un par un et l'Université a établi une liste d'attente qui compte 900 noms à ce jour. " Si nous n'arrivons pas à intégrer tout le monde en Eco- Gestion, on contactera un par un ceux qui restent sur le carreau pour leur proposer une autre solution. Nous avons d'autres formations à l'Université ou en BTS qui peuvent aussi les satisfaire" précise Yann Mercier Brunel.

Que vont devenir les candidats en attente en Eco- Gestion ?

Des candidats déjà recalés en Staps !!

La filière Staps, Sciences et techniques des activités physiques et sportives, est encore un cas à part. C'est la seule filière, mis à part les IUT, pour laquelle l'Université d'Orléans a émis des refus. Sur 2.600 demandes en Staps, 200 candidats ont déjà été recalés et 1.400 sont sur liste d'attente. Depuis 2014 , cette filière était la seule à Orléans à pratiquer le tirage au sort pour intégrer les 1ères années toujours plus nombreux alors que la capacité tourne autour de 600 places. Pour la rentrée 2018, la filière Staps a obtenu la création de 120 places supplémentaires : 60 à Orléans et 60 sur l'antenne de Bourges.