Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup : dernières heures pour formuler ses voeux d'orientation

lundi 12 mars 2018 à 20:31 Par Théo Hetsch, France Bleu Pays Basque

Avis aux lycéens : vous avez jusqu'à ce mardi soir 18h pour formuler vos vœux d'orientation sur la plateforme Parcoursup. Passée cette limite, plus aucun vœu ne pourra être ajouté. Le stress monte... en même temps que la contestation. Les syndicats étudiants parlent de "sélection déguisée".

"Même nos professeurs ne connaissent pas bien ce nouveau système, on a l'impression d'être un peu des cobayes" disent ces étudiants
"Même nos professeurs ne connaissent pas bien ce nouveau système, on a l'impression d'être un peu des cobayes" disent ces étudiants © Radio France - Théo Hetsch

Devant le lycée Cassin de Bayonne, les discussions vont bon train. Parcoursup est au coeur des débats. "Parcoursup, c'est la galère" disent en cœur les lycéens, "c'est hyper mal organisé, il y a plein d'erreurs par exemple des appréciations manquaient sur les bulletins, ou des moyennes étaient inversées, etc".

Depuis janvier, ils ont accès à la plateforme. Mais ils se disent mal accompagnés : "même nos professeurs ne connaissent pas ce nouveau système, explique une élève de terminale, on a l'impression d'être un peu des cobayes".

60 places supplémentaires en STAPS à Bayonne, 30 places en informatique

Les lycéens ont jusqu'à ce soir 18h pour formuler leurs vœux. Dix voeux, sans hiérarchie, contre 24 auparavant avec Admission Post Bac ! C'est un peu court pour Hayze, en terminale L : "en principe on peut faire aussi dix sous-vœux, sauf que moi, pour les écoles d'art, ce n'est pas possible, explique-t-elle, j'ai donc seulement dix vœux maximum".

Et des vœux qui désormais sont accompagnés d'une appréciation du conseil de classe. Puis les facultés classent les dossiers en fonction de pré-requis : par exemple, être bon en sciences si l'on veut intégrer STAPS. Inacceptable pour l'UNEF. Célyane Baey est sa présidente à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour : "On fait une liste des qualités de l'étudiant type qui réussit en STAPS, raconte-t-elle, donc un scientifique, avec le BAFA - un diplôme d'animateur payant - et ayant participé à des compétitions sportives scolaires, etc". Pour le syndicat, "ces pré-requis deviennent des critères de sélection, sur lesquels on se base pour accepter ou refuser un étudiant".

L'UPPA ouvre des places en STAPS, en informatique et en sociologie - Radio France
L'UPPA ouvre des places en STAPS, en informatique et en sociologie © Radio France - Axelle Labbé

Côté université, "on navigue un peu à vue pour le moment"

Une sélection qui pose aussi problèmes aux facultés, dans le flou encore. Frédéric Tesson, le vice-président de l'UPPA : "c'était une bonne chose de mettre fin au tirage au sort, le problème, c'est que ça fait désormais reposer sur les établissements du supérieur une responsabilité assez colossale pour choisir des étudiants qu'on ne connaît que par un dossier assez léger".

"Certaines filières en tension pour lesquelles le classement va être important"

Les université pourront-elles refuser un dossier ? Ou organiser des sessions de remise à niveau ? Que proposer en remplacement ? Toutes ces questions sont encore sans réponse. Une réunion entre responsables de formations doit avoir lieu à Paris la semaine prochaine. "On va apprendre durant ce mois de mars à utiliser Parcoursup, explique Frédéric Tesson, mais pour l'instant, nous n'avons pas encore accès complètement à ces outils-là".

Pas vraiment de quoi rassurer les lycéens... Même si des places supplémentaires ont été créées à Bayonne. 60 en STAPS et 30 en informatique