Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup : encore 955 bacheliers sans affectation, la procédure se terminera plus tôt l'an prochain

-
Par , France Bleu

La ministre de l'Enseignement supérieur a présenté, ce mardi à l'Université Paris-Sud, le bilan de Parcourusp. Elle a également détaillé les évolutions de la plateforme d'orientation des bachelier pour l'an prochain. La procédure principale se terminera fin juillet au lieu de fin septembre.

L'an prochain, le calendrier de la plateforme sera resserré.
L'an prochain, le calendrier de la plateforme sera resserré. © Maxppp - STEPHANE MORTAGNE

Un calendrier resserré, mais pas de retour à une hiérarchisation des vœux : la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a détaillé, ce mardi, les futures évolutions de la plateforme d'admission post-bac Parcoursup. 

La plupart des bacheliers sans affectation ont un bac pro ou technologique

À cette date, 955 bacheliers sont toujours sans affectation. Au terme de la procédure qui s'est terminée vendredi, ces lycéens sont accompagnés par les commissions rectorales, qui doivent leur faire une proposition d'admission "au plus près de leurs vœux". Parmi eux, on compte 60 bacheliers généraux, les autres étant des bacheliers professionnels et technologiques, a précisé Frédérique Vidal lors d'un déplacement à l'université Paris-Sud pour sa conférence de presse de rentrée.

Plus de trois propositions par candidat en moyenne 

Au total, quelque 730.000 des 812.000 candidats initiaux ont pu obtenir au moins une proposition d'admission, soit 89,8% des candidats, une moyenne de plus de trois propositions par candidat, selon le bilan publié mardi. "Parcoursup a pleinement fonctionné", s'est félicitée la ministre.

Le calendrier, "point majeur à améliorer"

Mais le dispositif d'entrée dans l'enseignement supérieur inauguré en 2018 pour remplacer APB a lui aussi reçu son lot de critiques. Par sa lenteur, le processus a notamment contribué à générer de l'angoisse pendant l'été chez les jeunes qui n'étaient pas fixés sur leur sort. Il a aussi posé des difficultés d'organisation aux universités et surtout aux lycées, qui pour certains ne connaissaient pas encore la liste définitive des élèves de classes préparatoires et de BTS fin août, à quelques jours de la rentrée. "Le calendrier est le point majeur d'amélioration du dispositif", a déclaré Frédérique Vidal. 

La première phase achevée fin juillet au lieu de début septembre l'an prochain 

L'an prochain, la première phase, la phase principale, sera achevée "au plus tard fin juillet", et non début septembre comme cette année, a annoncé la ministre. "Nous le pouvons d'autant plus qu'à la fin du mois de juillet, près de 97% des candidats avaient déjà accepté la proposition qu'ils allaient conserver jusqu'à la fin de la procédure", a-t-elle précisé. 

A l'avenir, le mois d'août sera donc dédié à l'accompagnement des jeunes sans affectation par les commissions rectorales. Et les inscriptions administratives dans les universités et les lycées pourront être quasi-finalisées fin juillet. Le détail de ce nouveau calendrier sera annoncé après les vacances de la Toussaint.

Autre piste d'amélioration : un raccourcissement des délais de réponse laissés aux candidats, notamment au début de la procédure. Cette année, ils avaient une semaine pour répondre à une proposition en début de procédure, puis ces délais se raccourcissaient progressivement.

Le rang du dernier admis connu des candidats 

L'an prochain, la plateforme Parcoursup publiera aussi le rang du dernier candidat accepté dans chaque formation, ce qui permettra aux futurs étudiants de mettre en perspective leur place sur la liste d'attente.

Pas de classement des vœux

En revanche, un retour à une forme de hiérarchisation, avec un classement de leurs vœux par les candidats, est exclu. Avec APB, les jeunes devaient hiérarchiser leurs vœux lors de leurs inscriptions sur la plateforme, obligeant les lycéens à réfléchir soigneusement à leurs vœux très en amont de la procédure et induisant, selon les détracteurs de ce dispositif, un phénomène d'autocensure.

Des dossiers anonymes ? 

Selon franceinfo, la ministre a également dit être prête à travailler sur l'anonymisation des dossiers.
"J'ai rencontré des jeunes à cette rentrée qui m'ont dit : 'J'ai eu ce que je voulais mais je dois être chanceux parce que j'ai un nom compliqué à porter et une adresse compliquée', eux ont vécu cela comme ça" a expliqué la ministre.

"Il n'y a pas ce type de discrimination dans les universités, assure-t-elle, mais si ça peut les aider pour prendre confiance, et bien qu'on aille jusqu'à l'anonymisation, on va y travailler. Toute cette jeunesse est en train de perdre confiance - ou elle a déjà perdu confiance - dans le système. Or l'enseignement supérieur en France a vraiment vocation à ce que chacun aille au maximum de ses possibilité" a-t-elle poursuivi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu