Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup : encore deux jours pour faire ses vœux sur l'application

dimanche 11 mars 2018 à 19:15 Par Xavier Demagny, France Bleu

Mardi soir, il sera trop tard. A 18 heures, le 13 mars, la plateforme Parcoursup pour les voeux d'orientations dans le supérieur pour les élèves de terminale bloquera toute modification.

Mardi soir, à 18 heures, il sera trop tard pour entrer des vœux dans la plateforme Parcoursup.
Mardi soir, à 18 heures, il sera trop tard pour entrer des vœux dans la plateforme Parcoursup. © Maxppp -

Il ne reste plus que deux jours. Mardi soir, à 18 heures, ce sera trop tard pour les jeunes lycéens en terminale ou les étudiants en réorientation qui souhaitent s'inscrire dans des études supérieures. 

C'est la fin d'une première phase sur la nouvelle plateforme Parcoursup, instaurée après les ratés l'été dernier de l'ancienne plateforme, Admission post-bac (APB). 

Jusqu'à mardi soir : faire ses choix

Jusqu'au 13 mars, 18 heures, il vous est encore possible de saisir ou de modifier des vœux. Au delà de cette date, il ne sera plus possible d'effectuer des modifications. Le futur étudiant peut saisir jusqu'à 10 vœux contre 24 sur l'ancienne plateforme. 

Jusqu'au 31 mars : finaliser les vœux 

Jusqu'au 31 mars, les établissements auront ensuite à "finaliser" l'ensemble des vœux en complétant les dossiers, avec une fiche "Avenir" comportant les appréciations des enseignants et les les notes de l'élève. 

De leur côté, les futurs étudiants doivent cette année rédiger quelques lignes de motivation pour chaque vœu, dans une fenêtre dédiée sur le site, joindre les documents éventuellement demandés par une formation, et ne surtout pas oublier de confirmer leurs vœux.

En cas de questions de dernière minute, il est encore possible de questionner la plateforme ou d'appeler le numéro vert de Parcoursup, le 0 800 400 070

A partir du 22 mai : le grand test 

Les premières réponses du système arriveront à partir du 22 mai. Chaque candidat recevra une alerte dès qu'une formation lui répond : "oui" si le lycéen est sélectionné, "oui si" s'il y a une condition à la sélection ou "en attente" si sa candidature est en suspens. Une réponse négative peut-être émise, mais uniquement par les filières sélectives. 

Le processus se fera au fil de l'eau, et non à dates fixes comme l'an dernier. Le ministère a pour objectif qu'au moins deux-tiers des réponses tombent avant les épreuves écrites du bac qui démarrent le 18 juin. Jusqu'au 25 juin, le candidat à 7 jours pour arbitrer, c'est-à-dire que dès qu'il est face à deux propositions, il doit en choisir une pour ne pas saturer le système. La procédure sera suspendue pendant les épreuves du baccalauréat.

L'heure de vérité

Ce sera alors l'heure de vérité pour cette nouvelle plateforme. Si le système s'engorge et que des dizaines de milliers de candidats se retrouvent, comme à l'été 2017, sans proposition ou en attente, Parcoursup pourrait être au final aussi mal-aimée qu'APB. Si tout va bien, le candidat est fixé sur son sort au plus tard le 21 août. Dans le cas contraire, avant fin-septembre, une proposition lui sera faite par l'Académie. 

Nouveauté de cette année, les filières non sélectives (licences générales à l'université) précisent sur la plateforme les acquis et compétences estimés nécessaires. Si les candidats n'ont pas le profil réclamé, ils devront obligatoirement suivre un parcours d'accompagnement pour se mettre à niveau.  Un système de "pré-requis" contesté par les syndicats d'étudiants et d'enseignants, opposés à Parcoursup et à la loi sur ces nouvelles modalités d'accès à la fac.

  - Visactu
© Visactu -