Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Éducation

Parcoursup : "Il n'y a pas de raison d'être inquiet à ce stade" selon le recteur d'académie en Normandie

jeudi 14 mars 2019 à 10:24 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Denis Rolland recteur des académies de Caen et Rouen invité de France Bleu Cotentin ce jeudi 14 mars 2019 alors que les lycéens de terminale et les étudiants souhaitant changer d'orientation ont jusqu'à minuit pour inscrire leur vœux sur la plate forme Parcoursup.

Denis Rolland, recteur d'académie
Denis Rolland, recteur d'académie - Académie de Caen-Rouen

Cherbourg, France

Dans quelles filières, dans quelles villes s'inscrire pour l'année prochaine ? Les lycéens de Terminales ont jusqu'à minuit ce jeudi 14 mars 2019 pour remplir leurs vœux sur la plateforme d'orientation Parcoursup. On se souvient des cafouillages de l'an dernier. La deuxième édition devrait mieux se passser assure le recteur des académies de Rouen et Caen, Denis Rolland sur France Bleu Cotentin.

Il faut simplement vérifier ce qu'on a fait. _La quasi-totalité des élèves ont rempli leur dossier, formulé les vœux_. Les élèves et les professeurs ont très bien préparé dans les établissements de Normandie cette phase de Parcoursup. Et franchement cette année les choses se passent bien, il n'y a pas de raison d'être inquiet à ce stade. Il faut maintenant prévoir la suite

Va-t-on éviter les cafouillages de l'an dernier ?

Il y a un paramètre de base c'est que nous avons en Normandie plus de places que d'élèves : il y a des places vacantes à l'université, en classes préparatoires aux grande écoles alors il n'y a pas d'inquiétude. Du stress c'est normal parce qu'on prépare son avenir, qu'il faut faire des choix. Il faut être vigilant sur la phase d'après :

jusqu'au 3 avril les élèves peuvent compléter leur dossier, mettre leur CV, l'améliorer, scanner les bulletins et préciser leur lettre de motivation et surtout confirmer les vœux avant cette date

Et si on a des remords ?

Il y a encore des possibilités de vœux pour les apprentissages par exemple, ça n'est pas complètement fermé. On a conseillé aux élèves de mettre le maximum de vœux pour bien avoir la possibilité de continuer à réfléchir à son avenir. On a le droit à l'hésitation.

À quand les premières réponses  ?

Elles vont tomber à partir du 15 mai, et jusqu'à la mi juillet les élèves vont recevoir des vœux et cette année on va éviter l'inquiétude de l'été- parce que l'an dernier des élèves avaient attendu jusqu'à septembre pour savoir où ils allaient- ça c'est fini. Le 19 juillet la plateforme aura donné tous les résultats de manière à ce que chacun puisse partir en congé, en stages ou en job d'été avec l'idée que son avenir est précisé et puisse être confiant sur ce qui va se passer après.