Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

ParcourSup : l'université Bordeaux Montaigne refuse de faire "le tri" parmi ses futurs étudiants

mercredi 4 avril 2018 à 19:15 Par Olivia Chandioux, France Bleu Gironde

L'université Bordeaux Montaigne ne mettra pas en place la plateforme Parcoursup à la rentrée prochaine. Sa présidente a décidé d'accueillir tous les étudiants qui le souhaitent, sauf dans les filières qui sont en tension.

La présidente de Bordeaux Montaigne a décidé d'accueillir tous les étudiants qui le souhaitent, sauf dans les filières qui sont en tension.
La présidente de Bordeaux Montaigne a décidé d'accueillir tous les étudiants qui le souhaitent, sauf dans les filières qui sont en tension. © Maxppp - Photo d'illustration

Bordeaux, France

"Nous n'effectuerons pas de classement des dossiers dans les filières qui ne sont pas en tension", déclaration de la présidente de l'Université Bordeaux Montaigne dans un courrier destiné à l'équipe enseignante au début du mois de mars et que s'est procuré France Bleu Gironde.  Ce qui veut dire qu'il n'y aura globalement pas de classement des dossiers d'étudiants comme le prévoit la réforme ParcourSup. Tous les étudiants seront acceptés sauf dans les filières en tension, comme la LEA Anglais-Coréen, ou encore le théâtre et l'art plastique, des spécialités qui sont limitées en nombre d'élèves (en raison des infrastructures et du matériel). 

Le tri ne sert à rien, il est inefficace." Christophe Pébarthe du SNESUP

La direction de l'université devrait officialiser l'information la semaine prochaine. Une excellente nouvelle, et même une fierté pour Christophe Pébarthe du SNESUP (Syndicat national de l'enseignement supérieur) maître de conférence en histoire grecque à l'Université Bordeaux Montaigne : "J'ai félicité la Présidente, car c'est une décision intelligente qui dit clairement ce que beaucoup savent à savoir que ce tri ne sert à rien, qu'il est inutile, il sera inefficace, et que la tradition de l'université c'est d'accueillir tous ceux qui veulent venir."