Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Parcoursup : la FCPE de la Loire craint un embouteillage en BTS et en classes préparatoires

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est une des conséquences de la crise du Covid-19. A cause des nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les étudiants, l'université ne fait plus rêver. Résultat, les lycéens de terminale, qui sont en train de déposer leurs vœux sur Parcoursup, risquent de se reporter sur d'autres filières.

Les lycéens ont jusqu'au 11 mars pour déposer leurs vœux sur Parcoursup.
Les lycéens ont jusqu'au 11 mars pour déposer leurs vœux sur Parcoursup. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Il reste 10 jours aux lycéens de terminale pour formuler leurs vœux pour l'année prochaine sur Parcoursup. La phase de dépôt en ligne se termine le 11 mars. Sauf que cette année, avec la crise du Covid-19, les études à l'université ne font plus vraiment rêver. Pas de vie sociale, cours à distance... "Nous craignons un report plus important sur les filières BTS et prépas, qui sont des filières attachées à des lycées", explique Catherine Limousin, présidente de la FCPE dans la Loire, invitée de France Bleu Saint-Étienne Loire ce lundi matin.

Catherine Limousin, présidente de la FCPE de la Loire.

BTS et prépas pour avoir "une scolarité normale"

"On voit les difficultés des étudiants à cause de la crise sanitaire, des difficultés pour se nourrir, une détresse psychologique, l'absence de vie sociale...  Et les parents constatent que les grandes classes prépas, qui préparent les futures élites de la nation, ne sont pas concernées par le protocole sanitaire de l'Éducation nationale dont l'objectif est de diminuer les effectifs", poursuit Catherine Limousin. "Les parents vont peut-être privilégier ces cursus où finalement les étudiants seront certains d'avoir une scolarité entre guillemets normale."

Vers une désertion des filières impactées par la crise ?

La crainte pour la Fédération des conseils de parents d'élèves, c'est donc celle d'une plus forte sélection pour les places dans ces filières. "Un certain nombres de places en BTS sont réservées aux élèves des filières technologiques", rappelle Catherine Limousin. "On craint aussi que certaines familles renoncent à certaines filières impactées par la crise sanitaires comme l'hôtellerie, la restauration ou l'événementiel. Autre phénomène, la perte d'activité de certains parents qui pourraient du même coup renoncer à certaines filières, faute de ressources financières."

Inégalités encore dans la préparation du baccalauréat, puisque "l'institution n'a pas su mettre en place toutes les conditions pour accompagner nos jeunes." Le FCPE s'inquiète de développement de cours privés, tarifés et surtout de la pub qui en est faite cette année.

Des portes-ouvertes uniquement virtuelles ?

Concernant la décision de certains lycées de mettre en place des portes-ouvertes en présentiel, la FCPE appelle les parents à ne pas y participer. "Effectivement le mois de mars est celui des portes-ouvertes", explique Catherine Limousin. "Mais on voulait rappeler que dans le protocole sanitaire mis en place par l'Éducation nationale, il est précisé que les portes-ouvertes, même sur rendez-vous, conduisent à un brassage important de personnes."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess