Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parcoursup : le président du département de Seine-Saint-Denis saisit le défenseur des droits

jeudi 19 juillet 2018 à 15:54 - Mis à jour le jeudi 19 juillet 2018 à 16:01 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, saisit à son tour le défenseur des droits au sujet de Parcoursup. Dans une lettre envoyée à Jacques Toubon, il dénonce une "discrimination supplémentaire à l'égard des jeunes des quartiers populaires".

Stéphane Troussel
Stéphane Troussel © Radio France - Martine Bréson

Seine-Saint-Denis, France

Encore une saisine du Défenseur des droits pour dénoncer le fonctionnement de Parcoursup, la plateforme d’accès à l'enseignement supérieur pour les bacheliers. Après celle de syndicats d'étudiants et des organisations de parents d'élève en début de semaine,  le président du département de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel (PS) a écrit à son tour au défenseur des droits. Dans un courrier à Jacques Toubon, daté de mercredi, il dénonce un système jugé "opaque" et qui revêt, selon lui "les caractéristique d'une discrimination supplémentaire à l'égard des jeunes des quartiers populaires".

Stéphane Troussel avait demandé, fin mai, la publication des algorithmes locaux de Parcoursup, mis en place par chaque établissement d'enseignement supérieur. Il avait également lancé une plateforme en ligne pour recueillir des témoignages de lycéens du département qui s'estimaient floués par la plateforme. 

Une saisine pour "discrimination" et "rupture d'égalité"

Sur la base de ces témoignages, Stéphane Troussel dénonce aujourd'hui "la possibilité laissée aux établissements d'enseignement supérieur de créer ou non leurs propres modes de sélection sans les rendre publics". Fin mai, des élèves et des professeurs de quartiers populaires s'étaient fait entendre, estimant que la plateforme défavorise les élèves de banlieue parisienne.

Dans son courrier, Stéphane Troussel dénonce ainsi une potentielle "discrimination à l’accès aux études supérieurs" et une "rupture d'égalité" pour les jeunes de son département.