Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Parcoursup :"on nous dit de tout donner pour obtenir le meilleur, au final c’est des paroles en l'air"

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Parcoursup fait des déçus. Sur les réseaux sociaux, le message d'une lycéenne rémoise suscite un véritable emballement. Sorenza Lafargue, élève en Terminale au lycée Marc Chagall témoigne sur France Bleu Champagne Ardenne. Tous ses voeux ont été refusés, malgré ses bons résultats scolaires.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI

Parcoursup continue de faire des déçus. Depuis mardi, les résultats commencent à tomber sur la plateforme nationale de préinscription en première année de l’enseignement supérieur. A Reims, Sorenza Lafargue, 18 ans, élève en Terminale littéraire, option théâtre, au lycée Marc Chagall, fait partie des candidats insatisfaits. Et elle fait un véritable buzz sur Twitter. 

16,5 de moyenne générale et refusée dans tous mes voeux favoris

Mardi, au moment de connaitre ses résultats sur Parcoursup "c’était la douche froide", explique Sorenza. Sous le coup de la colère, elle poste un message sur les réseaux sociaux en expliquant qu’avec "16,5 de moyenne générale en Terminale, dans le meilleur lycée public de la ville, les félicitations depuis la 6ème", elle a été refusée dans tous ses vœux favoris, "sans explications". Elle en a fait une une dizaine. "Je pensais au moins avoir quelques chances en liste d’attente, dans certaines écoles que je voulais. J’ai été refusée directement sans aucune explication", regrette Sorenza.

"Je n’ai donc aucune chance dans les écoles que je veux réellement. Je ne prétend pas être meilleure que les autres. J’imagine qu’il y a des élèves bien meilleurs que moi. Mais quand certaines personnes sur Twitter me disent qu’elles ont été prises dans les écoles que j’ai demandé, avec des résultats moins bons que les miens, c’est vrai que j’ai un peu de mal à comprendre", dit-elle.

Message partagé plus de 10 000 fois

La lycéenne rémoise a notamment tenté sa chance à la faculté de droit de l’université Panthéon Sorbonne à Paris, ou encore à Science-Po, dans différents instituts d’études politiques en France. A terme, elle rêve d’intégrer l’école de la magistrature. Mais pour l’instant, Sorenza Lafargue veut savoir comment Parcoursup sélectionne les candidats. 

En quelques heures son message sur Twitter a été partagé plus de 10.000 fois, plus de 70 000 personnes ont mis la mention "j’aime" et il y a plus de 1300 messages en commentaires. Le sort de Sorenza résonne chez d’autres lycéens ou candidats sur la plateforme Parcoursup. Certains partagent sa frustration. Elle ne s’attendait pas à un tel emballement. "Je pensais que seulement mes amis verraient ce message", dit-elle. 

C’est vraiment le flou total

"Cela a eu une portée inimaginable. Les gens sont venus me parler, me soutenir, me raconter que eux aussi étaient victimes de Parcoursup. Cela me permet de me rendre compte que je ne suis pas la seule et qu’il y a plein de gens qui sont dans le même cas que moi. Parfois, certains ont même des moyennes largement supérieures et ils ne sont acceptés nul part. C’est vraiment le flou total", Sorenza Lafargue a du mal à se contenter d’un simple refus. 

"On n’a aucune explication, on est livré à nous même et on ne sait pas quoi faire. On nous dit de travailler de tout donner, d’essayer d’avoir les meilleurs résultats pour espérer obtenir le meilleur. Et au final, rien de tout ça ne se produit, c’est que des paroles en l’air. On a du mal à comprendre", explique Sorenza. 

Lorenza Lafargue au micro France Bleu de Vianney Smiarowski

A la rentrée prochaine, à défaut de pouvoir accéder aux facultés ou aux écoles qu’elle avait choisi, Sorenza Lafargue devrait commencer ses études de droit à l’université de Reims, là où elle a finalement été acceptée

Parcoursup c’est un algorithme

Sorenza aurait aimé en savoir plus sur les critères d’admissions retenus par Parcoursup. "Je suis un peu perdue en ce moment. Nos professeurs nous on toujours dit que constituer un dossier d’excellence nous permettrait d’accéder aux voeux que l’on souhaite et d’avoir accès à un panel de choix presque illimité", dit-elle.

Comme d’autres candidats, elle vit la situation comme une injustice. "Parcoursup c’est un algorithme, je ne sais pas comment ça fonctionne et je me demande comment ils peuvent faire des choix comme ça, en laissant sur le côté des personnes qui ont travaillé dur pour obtenir ce qu’elles veulent et au final qui n’ont rien de ce qu’elles voulaient vraiment", regrette Sorenza Lafargue.

Lorenza Lafargue au micro France Bleu de Vianney Smiarowski

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu