Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Parents d'élèves et élus manifestent contre les fermetures de classes en Sarthe

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Maine

Une centaine de personnes a manifesté devant la préfecture de la Sarthe mardi, en fin de journée, alors que le comité départemental de l'éducation nationale se réunissait pour entériner la carte scolaire du département. Des parents d'élèves comme des élus se sont mobilisés.

Des parents d'élèves de plusieurs écoles menacées de fermeture, comme à Degré, ont fait le déplacement pour manifester au Mans le 26 février 2019
Des parents d'élèves de plusieurs écoles menacées de fermeture, comme à Degré, ont fait le déplacement pour manifester au Mans le 26 février 2019 © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Sarthe, France

Ils sont venus de Coulans-sur-Gée, Vivraye, Crosmières, Souligné-sous-Ballon ou encore Degré : des parents d'élèves, élus et enseignants se sont rassemblés devant la préfecture de la Sarthe pour protester contre les 34 fermetures de classes prévues dans la nouvelle carte scolaire. Quelques gilets jaunes se sont joints au rassemblement.

Le conseil départemental de l'éducation nationale (CDEN) a validé cette nouvelle version, après le rejet de la première par l'ensemble des syndicats. Fait notable : l'ensemble des élus locaux ont voté contre. Un vote consultatif mais symptomatique de la défiance à l'égard du projet. Le conseil départemental a par ailleurs pris position à l'unanimité pour "soutenir les élus locaux" mardi matin car il "s’alarme des fermetures de classes notamment dans les zones de revitalisation rurale". Au CDEN, les deux conseillères départementales se sont abstenues mardi soir.

Une suppression des seuils critiquée

La principale inquiétude concerne la suppression des seuils pour décider des suppressions ou ouvertures de classes. "Jusque là, on savait si on était susceptible de perdre une classe selon le nombre d'élèves présents, explique Christian Jariès de l'Association des maires ruraux. Maintenant, ce n'est plus le cas"

De quoi susciter l'incompréhension chez les élus locaux comme Jean-Marc Blot, maire de Vibraye. Une classe de l'école va fermer à la rentrée dans cette commune de 2.500 habitants. "C'est parfaitement injuste ! lance-t-il. _Pour un même nombre d'élèves, selon l'école, on aura une fermeture dans l'une et pas dans l'autre. Comment expliquer ça ?_"

Il faut revenir aux seuils ! Ils ont un sens égalitaire.

Au R.P.I. de Coulans-sur-Gée, c'est la deuxième année de suite qu'une classe ferme. En grande section, les élèves pourraient être 28 par classe à la rentrée de septembre : _"_ça joue sur la qualité de notre enseignement, s'alarme Stéphanie, l'enseignante. On gère plus difficilement les difficultés des enfants et on ne peut pas faire du cas par cas"

La DSDEN, Direction des services départementaux de l'Éducation nationale, a été renommée par les manifestants - Radio France
La DSDEN, Direction des services départementaux de l'Éducation nationale, a été renommée par les manifestants © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Des écoles rurales qui se sentent délaissées

Il y a bien des fermetures de classes au Mans, mais moins nombreuses que les ouvertures. C'est essentiellement dans les petites communes qu'elles disparaissent. "On a un peu l'impression de payer les pots cassés", lance Stéphanie. "Ça participe au dépérissement du monde rural, regrette Christian Jariès. Une école est essentielle pour une commune, c'est un élément de proximité"

Quand on appauvrit l'école, on appauvrit la proximité.

Même sentiment chez les parents d'élèves de l'école de Degré. Ils sont plusieurs à avoir fait le déplacement pour manifester, inquiets de voir potentiellement des classes regroupant trois niveaux se créer. "Dans les écoles en ville, on veut moins surcharger les classes, estime Audrey, maman de deux enfants en CP et CM2. Finalement, _dans nos campagnes, on est des oubliés_".

Le projet de carte scolaire pourrait encore être remanié en juin, selon les prévisions de nouveaux élèves dans chaque école. D'ici là, les syndicats appellent à une grève dans l'enseignement, du primaire à l'université, le 19 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu