Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Pays Basque : la colère de Seaska, la fédération des ikastola

jeudi 26 avril 2018 à 16:36 Par Oihana Larzabal, France Bleu Pays Basque

Seaska prévoit 230 enfants de plus dans ses établissements à la rentrée prochaine. Le recteur d'académie a fait un pas cette semaine en proposant quatre postes d'enseignants supplémentaires. Toujours pas suffisant pour la fédération des ikastola qui manifestera bruyamment à Bayonne le 4 mai.

Seaska craint des classes à plus de 40 élèves dans le secondaire
Seaska craint des classes à plus de 40 élèves dans le secondaire - Baionako Etxepare Kolegioa

Bayonne, France

Les effectifs de Seaska sont en augmentation chaque année. La fédération compte actuellement 3700 élèves dans 36 établissements (31 primaires, 4 collèges et un lycée). Et la rentrée 2018 ne devrait pas déroger à la règle avec 230 enfants de plus. Sauf qu'il manque des postes d'enseignants. "C'est bien écrit dans la convention" (NDLR : convention triennale signée avec l'Education Nationale et l'Office publique de la langue basque), s'insurge Paxkal Indo, le président de Seaska. "La convention stipule qu'il nous faut 24,25 postes supplémentaires. Au mois de mars, nous étions à zéro poste." 

Foire d'Espelette

Dans un courrier reçu mercredi, le recteur propose quatre postes d'enseignants supplémentaires. "De qui se moque-t-on ?" demande Hur Gorostiaga, directeur de Seaska. "Nous ne sommes pas à la foire d'Espelette, on ne négocie pas le prix d'un pottok, on parle d'enfants !". La fédération des ikastola estime que sans ces 25 postes supplémentaires, il y aurait plus de 40 élèves par classes au collège, 29 au primaire alors que la convention limite leur nombre à 25.

Ce n'est pas de l'agriculture intensive que l'on fait, c'est de l'éducation — Hur Gorostiaga, directeur de Seaska

"Il faut adapter l'organisation de l'éducation nationale au Pays Basque" — Hur Gorostiaga

Au delà des postes manquants, Seaska réclame la reconnaissance de la particularité du système éducatif du Pays Basque. Outre le système immersif des ikastola, 60% des écoles, publiques et privées, proposent une section bilingue. Plus de 7600 élèves suivent ainsi un enseignement en français et en basque. "La réponse du recteur laisse clairement apparaître la méconnaissance du ministère de l'éducation nationale de l'enseignement du basque et en basque" affirme Paxkal Indo. Pour le président de Seaska, il est donc nécessaire de créer une inspection Académique spécifique pour le Pays Basque, au même titre que l'Office Publique de la Langue Basque pour la politique linguistique ou encore l'Etablissement Public Foncier Local (EPFL) pour les problèmes de logements.

Danborrada

Herri Urrats ne sera pas une fête cette année le 13 mai autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle mais une journée de lutte pour Seaska. Elle débutera dès le vendredi 4 mai dans les rues de Bayonne avec la Danborrada : tous les élèves des ikastola défileront de la Poterne à la sous-préfecture, tambours battants, pour réclamer les postes d'enseignants nécessaires.

Herri Urrats ne srea pas une fête cette année pour Seaska mais une journée de lutte - Radio France
Herri Urrats ne srea pas une fête cette année pour Seaska mais une journée de lutte © Radio France - Oihana Larzabal

Kasu, ikastolak kexu

1980 hamarkadako leloa berriz ere oihukatuko dute maiatzaren 4-ean Baionan. Egun hartan Seaskak artilleria astuna aterako du : bere ikastetxeetako 3700 ikasleek Danborrada eginen dute Baionako karriketan. Herri Urrats ere borroka eguna izanen da Senpereko aintziraren inguruan maiatzaren 13-an, Prefosta !

"Hegoaldean, ez da halako eraso larririk" — Koldo Tellitu, ikastolen federakuntzako lehendakaria