Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Personne n'examine les 1200 dossiers Parcours Sup à la faculté AES d'Avignon

mercredi 18 avril 2018 à 7:07 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

A la faculté d'Administration Economique et Sociale d'Avignon, les enseignants ont démissionné de la commission qui doit sélectionner les étudiants. 1200 dossiers sont en attente. les enseignants refusent de faire le tri ou d'être chasseurs de têtes.

Les dossiers Parcours Sup en AES sont en attente à l'université d'Avignon
Les dossiers Parcours Sup en AES sont en attente à l'université d'Avignon © Radio France - Philippe Paupert

Avignon, France

A l'université d'Avignon, des enseignants s'opposent à Parcours Sup. Ce dispositif remplace le très critiqué Post Bac pour sélectionner les étudiants à l'entrée de l'université. A la faculté d'Administration Economique et Sociale, les enseignants refusent de participer au sélection des dossiers des futurs bacheliers.  

La commission n'existe pas: personne n'examine les dossiers

1200 dossiers ont été adressés pour 200 places mais les enseignants refusent de siéger dans les commissions car ils estiment que ce n'est pas à eux de "faire le tri" des étudiants. Christèle Marchand, maître de conférences en science politique explique que "les enseignants ont refusé de participer à la commission de sélection. Ils ont été ensuite nommés d'office et ont proposé d'accueillir tous les lycéens". L'administration a refusé et les enseignants ont "démissionné de cette commission qui n'existe pas et n'est pas composée. A ce jour personne n'examine les dossiers des lycéens" assure Christèle Marchand. 

Christèle Marchand "nous avons démissionné de la commission qui n'existe pas"

200 heures de travail avant mi-mai: les dossiers restent en attente

L'équipe d'enseignants à la faculté d'Administration Economique et Sociale s'oppose à un projet politique de tri des étudiants : "il faut repenser l’intégralité de l’enseignement supérieur" souhaite Jessica Sainty.  Cette maître de conférences en science politique en licence 3 d'AES a calculé que "classer 1264 demandes, c'est plus de 200 h de travail à 10 mn par dossier. C'est impossible avant le 18 mai. Les dossiers restent en attente. On est pas des recruteurs ou des chasseurs de tête. La richesse de l'université, c'est de croiser des bacs S, ES et STMG. On n'a pas les moyens d'orienter les étudiants. On camoufle sous de la sélection ce qui devrait être fait en orientation véritable auprès des lycéens" 

A la faculté de Sciences et Techniques des Activités Physiques, l'examen des dossiers des lycens est aussi contesté par les esneignants.

Une Assemblée Générale des étudiants et enseignants de l’université d'Avignon se réunit mercredi 18 avril à 12h30 pour débattre de la réforme de l'université et envisager une convergence des luttes.

Jessica Sainty "1200 dossiers à trier, c'est impossible. Nous ne sommes pas des chasseurs de tête"

Les enseignants d'AES affichent leur contestation sur la porte de leur bureau à l'université d'Avignon - Radio France
Les enseignants d'AES affichent leur contestation sur la porte de leur bureau à l'université d'Avignon © Radio France - Philippe Paupert