Éducation

Peyrehorade : déjà trois semaines sans prof de français pour les collégiens

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne jeudi 20 octobre 2016 à 12:19

Des élèves de 3è ont eu à peine "trois ou quatre heures de cours" selon les parents
Des élèves de 3è ont eu à peine "trois ou quatre heures de cours" selon les parents © Maxppp - Maxppp

Une enseignante de français est absente depuis le 30 septembre dernier. Des classes de 6è, 4è et 3è ont eu à peine quelques heures de cours depuis le début de l'année. Le rectorat et la direction du collège du Pays d'Orthe cherchent un remplaçant mais personne ne veut venir à Peyrehorade (Landes).

Alors que la ministre de l'Education Nationale annonce cette semaine un plan pour améliorer les remplacements de professeurs, les parents d'élèves du collège de Peyrehorade (Landes) ne se sentent pas vraiment concernés...

La professeur principale absente depuis le 30 septembre

Au collège du Pays d'Orthe trois classes sont en attente d'un professeur de Français depuis le 30 septembre dernier (date officielle de l'arrêt maladie d'une enseignante). Cela faisait déjà plusieurs jours que cette future maman était également en arrêt maladie.
Ainsi, Angélique Mercier, parent d'élève d'un garçon en 3è, qui passe le brevet en fin d'année, explique : "Depuis le début de l'année mon fils a du avoir trois ou quatre heures de cours de français".

Depuis le début de l'année mon fils en 3è n'a eu que trois ou quatre heures de cours—Une parent d'élève

Une recherche de remplaçant est en cours avec une annonce déposée chez Pôle Emploi. L'enseignante étant en arrêt maternité, les parents regrettent que les choses n'aient pas été un peu anticipées.

Personne ne veut venir jusqu'à Peyrehorade

Par ailleurs, malgré les quelques candidatures reçues, aucune n'est allée jusqu'au bout. "Les candidats ne veulent pas venir à Peyrehorade", explique Angélique Mercier parent d'élève. La proviseur du collège du Pays d'Orthe Yveline Membrano confirme que "le rectorat fait des recherches mais que la zone semble poser problème".

Pour l'instant on ne sait pas si les élèves auront un professeur de français devant eux à la rentrée des vacances de la Toussaint.

Il semble pourtant que dans les Landes "On ne soit pas vraiment les plus mal lotis en matière de remplacement" selon Damien Delavoie, secrétaire départemental FSU et lui même professeur remplaçant en primaire. Dans le département, 32 nouveaux enseignants ont été nommés à la rentrée 2016, dont 11 dédiés au remplacement.

Si on attend que quelqu'un se propose, on peut attendre longtemps—Angélique Mercier

Les parents d'élèves du collège de Peyrehorade ont du mal à y croire : "Dans notre cas de figure si ce n'est pas imposé et qu'on attend que quelqu'un se propose, on peut attendre longtemps" dit Angélique Mercier. Les parents sont en train de préparer une pétition sur le site change.org pour faire entendre leur voix.

"Si c'est pas imposé, on peut attendre longtemps", Angélique Mercier parent d'élève

Partager sur :