Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Réouverture des écoles : "Le savon, il tue le coronavirus"

-
Par , France Bleu La Rochelle

L'école reprend cette semaine, dans la plupart des écoles de la Charente-Maritime. A toute petite vitesse. 20% des élèves reviennent dans les prochains jours. Chiffre qui va progresser, promet l'inspectrice d'académie. Une école à réinventer, pour adoucir les douloureuses règles sanitaires.

Sept ou huit enfants par classe. Les cours reprennent en douceur à l'école de la Courbe d'Aytré. Malgré les mesures d'hygiène qui prennent beaucoup de temps, les apprentissages ont pu reprendre.
Sept ou huit enfants par classe. Les cours reprennent en douceur à l'école de la Courbe d'Aytré. Malgré les mesures d'hygiène qui prennent beaucoup de temps, les apprentissages ont pu reprendre. © Radio France - Julien Fleury

Moins d'une dizaine d'écoles ne sont pas encore prêtes à rouvrir leurs portes en Charente-Maritime. "Et encore, ce chiffre peut changer, les discussions se poursuivent avec les maires" promet l'inspectrice d'académie, Annick Baillou, alors que le département compte 501 écoles. Une reprise à toute petite vitesse. Selon la direction départementale des services académiques, 20% des élèves sont en train de reprendre, un chiffre qui va progresser d'ici à la fin mai.

La plupart des écoles charentaises-maritimes doivent rouvrir cette semaine, quelques-unes dès mardi matin comme l'école bilingue (franco-allemand) de la Courbe à Aytré près de La Rochelle, visitée par l'inspectrice d'académie en présence du préfet, Nicolas Basselier. Une réouverture très progressive, à La Courbe comme ailleurs, avec seulement une trentaine d'élèves accueillis durant les deux premières semaines, sur un effectif de 210 élèves. Et des règles sanitaires draconiennes pour lutter contre le coronavirus, appliquées avec foi par les enseignantes et le reste des agents mobilisés pour cette réouverture.

Pas le droit de cajoler, d'embrasser...

Dès la grille de l'école, tout a changé. Plus de contact entre enfants, ni avec les maîtresses. Même quand il faut consoler des enfants de maternelle en larmes.
Dès la grille de l'école, tout a changé. Plus de contact entre enfants, ni avec les maîtresses. Même quand il faut consoler des enfants de maternelle en larmes. © Radio France - Julien Fleury

Dès la grille de l'école tout a changé. Plus de contact entre copains, ni avec les maîtresses. Emilie est encore marquée par une image : "ce matin, on avait deux enfants de moyenne section qui pleuraient à la porte." Mais pas le droit de les prendre dans les bras pour les consoler : "il faut aussi de respecter les gestes barrière avec les plus petits."

Mais les enfants s'adaptent vite. Louis est trop content de retrouver les camarades : "je leur ai dit bonjour" explique tranquillement cet élève de CP qui assure ne pas s'être jeté dans leurs bras : "parce que sinon, on attrape le virus !"

Gestes barrière au programme

La règle du tableau, bien pratique pour marquer les distances au moment de se préparer pour la récréation.
La règle du tableau, bien pratique pour marquer les distances au moment de se préparer pour la récréation. © Radio France - Julien Fleury

Le virus au menu des premières heures de cours, avec le passage d'une infirmière dans les classes, pour rappeler l'importance des gestes barrière. Mais pas seulement. "Avec les CM2, dès le début de la matinée, on a pris le temps de discuter, se souvient Emilie, la maîtresse. Il fallait accueillir ce qu'ils avaient à raconter sur leur confinement."

Les murs de l'école sont dépouillés : fini les affiches en papier, pour faciliter la désinfection. Quelques affiches plastifiées ont fait leur apparition, rappelant les gestes barrière.
Les murs de l'école sont dépouillés : fini les affiches en papier, pour faciliter la désinfection. Quelques affiches plastifiées ont fait leur apparition, rappelant les gestes barrière. © Radio France - Julien Fleury

C'est devenu le lieu le plus fréquenté de l'école de la Courbe : les lavabos. "Un, deux, trois... tu en es rendu à combien, Lola ?" interroge la directrice Dolorès Lajugie. Se laver les mains en comptant jusqu'à 30, un geste à répéter huit fois dans la journée, de l'arrivée au départ, en passant par les récrés et le repas. Soit une bonne heure passée par classe aux sanitaires.

Une heure par jour aux lavabos

Les lavabos, lieu le plus fréquenté de l'école. Les enfants y passent une heure par jour, pour se laver les mains à chaque déplacement.
Les lavabos, lieu le plus fréquenté de l'école. Les enfants y passent une heure par jour, pour se laver les mains à chaque déplacement. © Radio France - Julien Fleury

Et encore ils ne sont que 8 de retour en cours élémentaire. Des enfants motivés : "il faut se laver les mains, parce qu'on touche plein de choses, que les autres touchent aussi. Et donc le savon, il tue le coronavirus !" L'hygiène avant toute chose. Derrière il faut que l'intendance suive. Floflo et Zoé sont chargées du ménage : "il y a beaucoup de changements, de nouveaux produits, et tous les petits détails comme les interrupteurs à nettoyer. C'est beaucoup de travail. Et on se croit dans un film de science-fiction !"

"On vit dans un film de science-fiction" s'amusent Floflo et Zoé, chargées du ménage, et submergées de travail. Au restaurant scolaire, on prépare la réouverture pour ce lundi.
"On vit dans un film de science-fiction" s'amusent Floflo et Zoé, chargées du ménage, et submergées de travail. Au restaurant scolaire, on prépare la réouverture pour ce lundi. © Radio France - Julien Fleury

Pour les récréations c'est une classe à la fois, à tour de rôle. Une demi-heure, le temps de . Et pas le droit de s'approcher d'un camarade, prévient Christelle, enseignante en CP : "la récré va être très encadrée. Je vais essayer de leur proposer quelques jeux collectifs quand même, mais dans lesquels on peut garder ses distances. Comme la marelle, un deux trois soleil..."

Réinventer la cour d'école

La cour d'école, espace à réinventer. Des jolis points de couleur peints sur le sol, pour rappeler les distances à respecter. L'occasion d'inventer de nouveaux jeux durant les pauses et les récrés.
La cour d'école, espace à réinventer. Des jolis points de couleur peints sur le sol, pour rappeler les distances à respecter. L'occasion d'inventer de nouveaux jeux durant les pauses et les récrés. © Radio France - Julien Fleury

La cour d'école, espace à réinventer, y compris pour les animateurs périscolaires. Hélène travaille à l'école de la Courbe le midi et le soir : "plus de foot, plus de basket, pour les grands qui sont passionnés de tout ça... on a pas le choix, mais l'école ce n'est pas ça !"

Pour trouver des jeux, les adultes peuvent s'appuyer sur les jolis points de couleur récemment peints au sol pour figurer les distances. Mais la contrainte gâche un peu les retrouvailles de Maxime avec ses copains de CM2 : "on s'amuse quand même, mais c'est un peu énervant, on ne peut pas se toucher, tout le monde a des masques."

Apprendre, malgré tout

Pas facile de respecter les distances au moment de corriger les exercices. Les maîtresses retrouvent une poignée d'enfants, mais doivent aussi s'occuper des nombreux absents.
Pas facile de respecter les distances au moment de corriger les exercices. Les maîtresses retrouvent une poignée d'enfants, mais doivent aussi s'occuper des nombreux absents. © Radio France - Julien Fleury

Le détail va jusqu'aux repas, obligatoirement pris dans l'école. Sous peine de se recontaminer. "Ou alors, il faut les doucher, les changer, avant de revenir" explique la directrice aux quelques parents revenus devant l'école pour la pause de midi. La maman de Louis est malgré tout heureuse de remettre son fils à l'école : "on sent qu'à cet âge-là, ils ne comprennent pas pourquoi ils doivent rester à la maison. Les copains manquaient, de pouvoir jouer... c'était vraiment important qu'il retourne à l'école !"

Entre toutes ces contraintes, on a quand même l'occasion d'apprendre. "Tu as écrit on, c'est très bien... mais tu devais choisir entre je et nous" explique Christelle avec douceur avec un élève de CP. Difficile de ne pas s'approcher des élèves quand il faut corriger un exercice. Autre changement : les salles de classes sont très dépouillées, avec seulement une dizaine de tables. A La Courbe, les salles ne peuvent en accueillir plus si on veut respecter les distances de sécurité.

Bientôt 50 enfants de plus

Rédiger le protocole de réouverture a mangé les vacances et les week-ends de la directrice, Dolorès Lajugie. L'hygiène est très poussée, les effectifs limités.
Rédiger le protocole de réouverture a mangé les vacances et les week-ends de la directrice, Dolorès Lajugie. L'hygiène est très poussée, les effectifs limités. © Radio France - Julien Fleury

La pédagogie va elle aussi devoir évoluer : "on a de nouveaux exercices pour les enfants, détaille la directrice de l'école. Par exemple, les enfants se mettent dos à dos, et lisent le même texte, chacun un morceau. Ils vont apprendre à s'écouter." Faire l'école autrement, résume la directrice Dolorès Lajugie, qui doit aussi s'occuper des absents, et qui espère surtout que tout ça durera le moins longtemps possible. La maîtresse se réjouit déjà en pensant au 25 mai, quand une cinquantaine d'enfants supplémentaires seront accueillis.

C'est la pièce cachée de l'école de la Courbe d'Aytré : une salle de classe transformée en débarras pour stocker tout le matériel inutilisé.
C'est la pièce cachée de l'école de la Courbe d'Aytré : une salle de classe transformée en débarras pour stocker tout le matériel inutilisé. © Radio France - Julien Fleury
Choix de la station

À venir dansDanssecondess