Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Des moyens supplémentaires pour la sécurité des écoles du Chemin-Bas

-
Par , France Bleu Gard Lozère

60 à 80 parents d'élèves de différentes écoles du Chemin-Bas d'Avignon, à Nîmes, ont manifesté ce mercredi après-midi devant la préfecture du Gard. Une délégation a été reçue. Elle est sortie rassurée et confiante après une heure et demie d'entrevue avec le préfet.

Les panneaux de revendication posés au pied du mur de la préfecture à Nîmes
Les panneaux de revendication posés au pied du mur de la préfecture à Nîmes © Radio France - Philippe Thomain

Ils ont été reçus durant une heure et demie environ en préfecture. Alors que 60 à 80 parents d'élèves venus du Chemin-Bas, des écoles Georges Bruguier, Jean Zay, Jean Moulin ou du collège Romain Roland attendaient devant les grilles de la préfecture, la délégation des parents était satisfaite à la sortie. Ces parents ont eu le sentiment d'avoir été entendus. Bien sûr, la situation ne changera pas du jour au lendemain, mais des actions seront engagées, des actions qui ont pour but la réussite éducative de leurs enfants. C'est pour ça que ces parents manifestaient.

Karine Pust à la sortie de la préfecture. Secrétaire générale de la FCPE du Gard et mère d'élève à l'école Jean Moulin du Chemin Bas, à Nîmes

Les parents d'élèves étaient venus avec leurs pancartes : "Écoles menacées, enfants en danger", "vies en danger, éducation sacrifiée" ou encore "combien de vies faudra-t-il donner ?" et, sur d'autres panneaux "touche pas à mon école" avec une main d'enfant barbouillée de peinture et apposée sur le panneau revendicatif, comme pour le signer, comme pour dire : "Je ne sais pas écrire, mais je suis là et je veux être entendu."

Témoignages de mères de familles présentes à cette manifestation

Quelques-uns des panneaux de revendication tenus par ces parents d'élèves
Quelques-uns des panneaux de revendication tenus par ces parents d'élèves © Radio France - Philippe Thomain
Choix de la station

À venir dansDanssecondess