Éducation

Plus de la moitié des élèves qui ratent le bac décrochent du système scolaire

Par Julien Baldacchino, France Bleu mardi 13 octobre 2015 à 7:38

Entre 2013 et 2014, 50.000 élèves ont décroché du système après l'échec au bac
Entre 2013 et 2014, 50.000 élèves ont décroché du système après l'échec au bac © Maxppp

Une étude commandée par le ministère de l'Education nationale montre que pour un lycéen recalé au bac sur deux, le parcours scolaire s'arrête là, révèle ce mardi France Info. Un phénomène beaucoup plus marqué dans les filières professionnelles.

C'est une étude inédite que révèle France Info ce mardi matin : commandée par le ministère de l'Education nationale, elle fait le point sur ce qu'ont fait, en 2014, les lycéens recalés au bac à la session de 2013. Conclusion : sur 83.000 recalés, en moyenne un sur deux seulement a retenté le bac l'année suivante.

Une moyenne qui cache en réalité des réalités très disparates selon les filières. Car dans les lycées généraux et technologiques, sept élèves sur dix redoublent et tentent à nouveau le bac l'année qui suit. Inversement, dans les filières professionnelles, ils ne sont que trois sur dix à retenter le coup. "Il faut être très attentifs et dire aux jeunes que ça vaut le coup de le repasser", explique à France Info Catherine Moisan, directrice de l’évaluation, de la prospective et de la performance au ministère de l'Education nationale.

Plus la note est mauvaise, moins l'élève repasse le bac

Deux facteurs apparaissent comme aggravants : l'âge et la note. Ceux qui ont moins de 8 sur 20 au bac ont tendance à ne pas le repasser, de même que les lycéens les plus âgés. Du côté des filières professionnelles, ce sont les apprentis qui ont le moins tendance à repasser les épreuves. 

"Les taux de réussite, quand ils repassent le bac, sont assez bons. Sur le bac pro, en deux ans, on a 82% des jeunes qui sont diplômés", rappelle Catherine Moisan. Mais ce n'est pas le cas pour tout le monde : au final, entre ceux qui n'ont pas retenté le bac et ceux qui le ratent une deuxième fois d'affilée, cela fait 50.000 élèves sortis totalement du système, sans aucun diplôme.