Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Plus de matchs mais les révisions du bac au centre de formation de l'ASNL

mercredi 30 mai 2018 à 19:05 Par Cédric Lieto, France Bleu Sud Lorraine

A un peu plus de deux semaines du baccalauréat, les jeunes du centre de formation de l'AS Nancy Lorraine ont troqué les crampons pour les cahiers. Séances de révision intensives dans un lieu où il faut conjuguer réussite aux examens et sport de haut-niveau. Pas toujours évident.

Révisions au centre de formation de l'ASNL
Révisions au centre de formation de l'ASNL © Radio France - Cédric Lieto

Velaine-en-Haye, France

Sur le terrain, les entraînements sont terminés. C'est dans les salles de classes que l'on retrouve les jeunes joueurs de l'AS Nancy Lorraine. Les journées sont consacrées à 100% aux révisions du baccalauréat. Ils sont quinze à se présenter à l'examen, toutes filières confondues.

Des révisions dans des conditions confortables, même s'il faut boucler le programme malgré 30% d'heures de cours en moins par rapport à un établissement classique. En spécialité sciences économiques et sociales, ils ne sont que deux élèves. Royal pour le défenseur Guillaume Vacter : 

Là, on va remplacer des entraînements par des cours donc c'est plus facile pour réviser. Pour l'instant, on n'est pas stressés. Plus ça va se rapprocher, plus ça va venir mais pour l'instant, on ne pense qu'à réviser."

Dans cette salle, qui sonne un peu creux, il y a Didier Lamouret, professeur d'économie. Il est présent à l'AS Nancy Lorraine depuis quatre ans, un enseignant qui ne boude pas son plaisir : 

Ils ont des conditions exceptionnelles, ils sont obligés de participer, ils sont obligés d'être présents. On ne peut pas en laisser de côté."

Un travail au quotidien

L'école privée de l'AS Nancy Lorraine reste sur deux années de suite à 100% de réussite au bac, toutes filières confondues, environ 85% sur les dix dernières années. Des chiffres qui ne tombent pas du ciel, c'est un combat de tous les instants pour Ghislain Renaud, le directeur de l'école technique privée de l'ASNL : 

Il ne faut pas oublier que ce sont des garçons jeunes et qu'ils n'appréhendent pas toujours ce qui est important. C'est vrai que leur rêve, c'est le football mais avec les familles, nous sommes bien d'accord depuis le début, la priorité, c'est la scolarité."

Tous ne resteront pas dans le football. Chaque année, sur 14  joueurs, ils sont trois à cinq à signer un premier contrat professionnel à Nancy. Il ne faut se fermer aucune porte pour le milieu de terrain Yann Diebold : 

Si on n'arrive pas à percer dans le football, il faut avoir un diplôme pour avoir un bon métier et ne pas galérer plus tard. Si je n'arrive pas dans le football, j'aimerais rester dans le domaine sportif, c'est mon truc."

Pourquoi ne pas poursuivre après le bac ?

Faute de temps, ils sont nombreux à ne pas continuer après le bac. Le prochain objectif du centre de formation, permettre aux pensionnaires d'entamer des études supérieures. Les jeunes et le club ont tout à y gagner, selon Patrick Gabriel, le directeur du centre de formation : 

Plus on aura de garçons qui continueront leurs études, plus on aura de garçons sur le terrain qui comprendront les choses vite, qui auront un investissement, une discipline, une rigueur, qui vont les emmener vers le haut-niveau."

Et Patrick Gabriel de citer en exemple Clément Lenglet, très bon élève au centre et depuis parti à Séville, avec à la clé la découverte de la Ligue des Champions.