Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Retour à l'école le 11 mai : les parents de Poitou-Charentes doivent faire un choix

-
Par , France Bleu Poitou

Après une réunion entre Emmanuel Macron et les maires, l'Elysée annonce que le retour des élèves à l'école le 11 mai ne sera pas obligatoire.

Le retour à l'école le 11 mai ne sera pas obligatoire, annonce l'Elysée.
Le retour à l'école le 11 mai ne sera pas obligatoire, annonce l'Elysée. © Radio France - Guillemette Franquet

C'est l'une des annonces de l'Elysée ce jeudi 23 avril, à la suite d'une réunion entre Emmanuel Macron et les maires : le retour à l'école le 11 mai ne sera pas obligatoire et se fera sur la base du volontariat. 

Les parents divisés

Les parents vont donc devoir faire un choix concernant leurs enfants : les renvoyer à l'école en mai, ou attendre la rentrée scolaire de septembre ? Certains ont déjà décidé de garder leurs enfants à la maison, comme Mickaël, papa d'une petite fille de trois ans et demi scolarisée à Poitiers. "Elle est en petite section, elle n'a pas la bac à passer à la fin de l'année, donc chacun son tour" explique-t-il. Sa compagne et lui vont s'arranger avec leurs employeurs respectifs pour pouvoir s'occuper de leur fille.

Pour d'autres, la situation reste compliquée, car ils doivent reprendre le travail à partir du 11 mai. D'autant plus que tous les enfants ne pourront pas reprendre le chemin de l'école à la même date

"L'angoisse des parents"

Beaucoup de familles n'ont peut-être pas encore pris de décision, car certaines questions sont toujours sans réponse : comment assurer la sécurité des enfants au moment du transport, de la restauration ? La présidente de la FCPE en Charente Maritime, Karine Aulier, déplore des "effets d'annonce qui ne font que conforter l'anxiété, l'angoisse, l'incompréhension des parents d'élève". Selon elles, beaucoup de familles estiment ce retour à l'école prématuré. 

Pour Guy Grizet, le co-secrétaire départemental du SNU IPP- FSU, le syndicat du premier degré, en Charente Maritime, le gouvernement applique "un principe de précaution". "Si on obligeait les parents à remettre leurs enfants à l'école, et qu'un enfant contamine des membres de sa famille, est-elle en droit de se retourner contre l'institution ?" Il précise que pour le moment, le syndicat n'a "aucune idée" du nombre d'élèves qui pourraient retourner en cours à partir du 11 mai. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess