Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Polémique entre la mairie et Jean-Luc Mélenchon autour d'une action de rénovation d'une école à Marseille

mercredi 18 juillet 2018 à 15:46 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence et France Bleu

Alors que le leader de la France Insoumise a annoncé une action le week-end prochain visant à rénover une école située dans le quartier de la Viste à Marseille (15e), la mairie dénonce le caractère illégal de cette initiative.

Jean-Luc Mélenchon lors d'une manifestation à Marseille
Jean-Luc Mélenchon lors d'une manifestation à Marseille © Maxppp -

Marseille, France

La mairie de Marseille a informé mercredi le député La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon du caractère illégal d'une action prévue vendredi et samedi dans le 15e arrondissement et visant à rénover une école des quartiers nord. 

Repeindre la façade de l'école et réhabiliter le jardin

Mardi une mobilisation citoyenne a été lancée pour rénover cette école "délabrée" selon un communiqué relayé par La France Insoumise qui évoque "l'état de délabrement inimaginable de certaines écoles". Déplorant "le manque de réponse de la mairie de Marseille", des parents et habitants du quartier ont décidé "d'agir collectivement" en peignant la façade de l'école et en réhabilitant le jardin "le tout aidé et encadré par des professionels et des artisans pour garantir le respect des normes" précise le communiqué. 

Près de 5.000 euros récoltés

Sébastien Delogu, habitant du quartier et militant LFI indiquait ce mercredi matin sur France Bleu Provence qu'une cagnotte a été mise en place. "On a récolté près de 4.600 euros. On va acheter les pots de peinture, les rouleaux et les bâches". 

La mairie demande de renoncer à une telle action 

Mais dans un courrier adressé par un avocat à Jean-Luc Mélenchon, et que ce dernier a rendu public mercredi, la ville met en garde le député, qui a relayé l'initiative sur son compte Facebook: "la ville de Marseille est contrainte de vous informer du caractère illégal de l'action que vous projetez dans l'enceinte d'un établissement scolaire public sans y avoir été autorisé et vous demande (...) de renoncer à une telle action". En fin de journée, dans un nouvau communiqué, la ville de Marseille rappelle qu'elle a investi "plus de 310 000 euros depuis trois ans en travaux divers - réhabilitation des sanitaires maternelles et de 5 classes élémentaires, réfection d’une première partie de la clôture, protection des fenêtres, etc" et que "ces travaux ont été rendus nécessaires, souvent, par des actes de vandalisme et des dégradations multiples que constatent régulièrement enseignants et personnels municipaux".

Jean-Luc Mélenchon assure dans un communiqué que "l'initiative mise en cause ne vise en aucun cas à troubler l'ordre public".

"Ne nous trompons pas de méthode" (Samia Ghali)

De son côté, la sénatrice socialiste Samia Ghali dit "se réjoui(r) que l'unité politique s'organise enfin" autour du combat pour les écoles à Marseille: "Mais ne nous trompons pas de méthode, n'entraînons pas l'opinion et les bonnes âmes sur une fausse route qui déresponsabiliserait la ville de Marseille", ajoute-t-elle.

Un projet de construction d'écoles à Marseille

La mairie de Marseille a récemment lancé un projet de construction de 34 établissement scolaires : 28 seront démolis avant d'être reconstruits et 6 nouvelles écoles verront le jour. Le financement de ce projet d'un milliard d'euros par une série de partenariats publics-privé (PPP) est vivement critiqué par l'opposition.