Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Pour la vice-présidente de Nouvelle-Aquitaine, la réforme de l'apprentissage risque de faire disparaître des CFA

lundi 28 mai 2018 à 10:27 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Catherine Veyssy s'inquiète du nouveau système d'organisation et de financement de l'apprentissage que le gouvernement veut mettre en place. Les centres de formation situés loin des métropoles pourraient en souffrir. Elle était l'invitée de France Bleu Limousin pour la journée "Tous Apprentis".

La vice-présidente de la région redoute une concurrence nuisible entre CFA
La vice-présidente de la région redoute une concurrence nuisible entre CFA - © Catherine Veyssy - Twitter

Limousin, France

38.000 jeunes sont cette année en formation via l'apprentissage, en Nouvelle-Aquitaine. C'est 4% de plus que l'an dernier, et la progression est même de 10% sur 3-4 ans, d'après Catherine Veyssy, vice-présidente du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Invitée ce lundi matin de France Bleu Limousin à 8h15 dans le cadre de la journée "Tous Apprentis",  elle dit redouter des effets pervers de la réforme du gouvernement. Car le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir  professionnel », qui revoit le fonctionnement de l'apprentissage, sera examiné demain en Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale. Le gouvernement espère appliquer le texte dès le 1er janvier 2019. 

"ça va mettre les CFA en concurrence les uns avec les autres

Parmi les mesures prévues, le transfert de l'apprentissage des régions aux branches professionnelles. Catherine Veyssy y voit une logique comptable, car les CFA toucheront une subvention uniquement en fonction du nombre de contrats signés : "c'est problématique, parce que ça va les mettre en concurrence les uns avec les autres, et puis ça va être très compliqué dans les sections qui ont peu de candidats notamment celles qui ont moins de 12 apprentis", explique-t-elle, "or, il y a des réalités de terrain, et des métiers où l'ont sait qu'on n'a pas besoin de former des bataillons d'apprentis !"

Elle redoute que certains CFA, en milieu rural, souffrent de cette concurrence, s'il n'y a plus les aides au transport, à l'hébergement, comme actuellement avec la région. La vice-présidente de Nouvelle-Aquitaine, qui est aussi maire d'une petite commune, fait le parallèle avec la perte d'une classe ou d'une école, "toujours terrible", et juge qu'une "fermeture de CFA, c'est aussi très important". 

Elle rappelle aussi combien l'apprentissage est une voie de réussite, avec un taux d'insertion dans l'emploi de près de 70% ! Le problème, dans certains secteurs, c'est qu'il n'y a pas assez de candidats. "Une image "passée" des métiers de l'industrie subsiste, et il y a une dureté qu'il ne faut pas nier, mais ils ont aussi considérablement évolué, avec des commandes numériques, des gestes fins, précis...", explique Catherine Veyssy, pour qui il faut encore mieux communiquer sur la réalité de ces métiers, et les parcours qu'on peut y faire .