Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour ou contre le blocus de l'université de Nantes ? Les étudiants de l'UFR de langues votent ce vendredi

-
Par , France Bleu Loire Océan

A l'initiative de l'UFR "langues, littératures et civilisations étrangères" de l'université de Nantes, un vote en ligne est organisé ce vendredi auprès de 3200 étudiants : "souhaitez-vous une faculté ouverte ?". L'université avait déjà fermé une partie du campus jeudi, en plein mouvement étudiant.

Le campus du Tertre, à l'université de Nantes, la semaine dernière
Le campus du Tertre, à l'université de Nantes, la semaine dernière © Maxppp -

Le vote se déroule en ligne ce vendredi, jusqu’à 18 heures. La question posée par l'UFR "langues, littératures et civilisations étrangères" de l'université de Nantes est la suivante : "souhaitez-vous une faculté ouverte pour que les étudiants et les membres du personnel puissent sans entrave poursuivre leurs activités pédagogiques, scientifiques et administratives quelle que soit la conjoncture ?" Les 3200 étudiants de cet UFR peuvent voter. 

Les résultats seront connus ce vendredi soir. A la mi-journée, plus de 500 étudiants avaient déjà voté et une écrasante majorité s'était exprimé contre un éventuel blocus, selon nos informations. C'est le doyen de la faculté de langues, Didier Delorme, qui a pris cette initiative. Au printemps dernier, après plusieurs semaines de mobilisation contre la loi ORE sur lecampus du Tertre à Nantes et de nombreuses annulations de cours, il était monté au créneau pour défendre "la liberté d'étudier" et apporté son soutien à un groupe d'étudiants opposés au blocus. 

Le mot "blocus" ne figure pas explicitement dans le texte de la question posée aux étudiants dans le cadre de ce référendum en ligne. Mais il est dans toutes les têtes. Déjà, jeudi 13 décembre, la fermeture administrative d'une partie du campus avait été décidée par l'université de Nantes, qui devançait ainsi un appel à manifester et bloquer le campus du Tertre. Une partie des étudiants nantais se mobilise en effet actuellement contre la hausse des frais d'inscriptions universitaires pour les étudiants étrangers. Le président de l'université de Nantes Olivier Laboux s'y est lui aussi publiquement opposé et le conseil d'administration de l'université a voté ce vendredi une motion en ce sens.

Didier Delorme, doyen de la faculté de langues de Nantes
Didier Delorme, doyen de la faculté de langues de Nantes © Radio France - Antoine Denéchère

Un vote proposé aux étudiants

"Je pense que c'est mon rôle, explique Didier Delorme, le doyen de la faculté de langues de Nantes. Parce que les examens se profilent". Il a donc proposé aux étudiants un vote sur la suite à donner aux blocages.

On a reçu beaucoup de demandes d'étudiants qui ne comprennent pas le manque de réaction de l'institution par rapport au blocage" - Didier Delorme, le doyen de la faculté de langues de Nantes

Sur les 932 votants, 74% (690) ont demandé à ce que la faculté des langues reste ouverte. 9,55% (89) se sont déclarés sans opinion.La faculté de langues a été bloquée par intermittences ce semestre. Didier Delorme explique qu'il n'est pas bien accueilli dans les assemblées générales des étudiants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess