Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Premiers examens sous surveillance sur le campus Lettres à Nancy

jeudi 3 mai 2018 à 11:48 Par Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

La faculté de Lettres et de Sciences Humaines de Nancy a ouvert ses grilles ce jeudi 3 mai. Toutes les entrées étaient gardées, plus d’une quinzaine d’agents de sécurité visibles. Une "ambiance prison" un peu particulière pour les étudiants et complètement disproportionnée pour les enseignants.

Plus d’une quinzaine de vigiles ostensiblement présents sur le campus Lettres à Nancy.
Plus d’une quinzaine de vigiles ostensiblement présents sur le campus Lettres à Nancy. © Radio France - Thierry Colin

Nancy, France

Jamais des examens n’avaient été si encadrés, si sécurisés à l’Université de Lorraine. Après plus d’un mois de blocus et des bloqueurs délogés par la police, les examens ont débuté dans le calme, ce jeudi 3 mai à 9h. Les étudiants ont été invités par le président de l’Université de Lorraine à «se présenter au moins 45 minutes avant chaque épreuve», le temps d’effectuer des contrôles des cartes d’étudiant. Plus d’une quinzaine de vigiles de deux sociétés de gardiennage étaient ostensiblement présents à chaque entrée du Campus et devant les salles d’examen ce jeudi matin.

Disproportionné

Une présence d’hommes en uniforme sombre «un peu spéciale» pour les étudiants : "on se dirait un peu en dictature" alors que d’autres approuvent le contrôle sécurisé pour assurer la sérénité des examens.

«C’est complètement disproportionné par rapport à la situation, on a l’impression d’être dans une sorte d’Etat d’urgence à l’université» s’indigne Nicolas Grégori, du Snesup FSU, qui a constaté la présence des vigiles sur le campus Lettres et qui demande que le président de l’Université de Lorraine accepte des débats sur la loi «Orientation et réussite des étudiants» (ORE).