Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Des étudiants infirmiers se mobilisent contre les "frais complémentaires illégaux" près de Rouen

La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers et plusieurs associations sont vent debout contre ce qu'elles appellent les "frais complémentaires illégaux" lors de l'inscription dans certains instituts de formation. Des étudiants de l'Ifsi du Rouvray, près de Rouen, se mobilisent.

Les étudiants du Rouvray s'estiment "bien lotis".
Les étudiants du Rouvray s'estiment "bien lotis". © Radio France - Noémie Lair

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

A quelques semaines de la rentrée, certains étudiants infirmiers sont déjà de retour à la tâche. Dans leur programme : envoi de mails, prises de contact et rédaction de communiqués de presse car ce ne sont pas les cours qui les font se lever tôt le matin mais la lutte contre ce qu'ils appellent les "frais complémentaires illégaux"

La Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers et plusieurs associations affiliées dénoncent ces frais supplémentaires appliqués lors de l'inscription dans certains instituts de formation. En plus des frais classiques - la contribution vie étudiante et campus à 91 euros et les droits d'inscription à 170 euros - près d'un institut public sur deux ferait payer aux étudiants certains accès, droits, et tenues professionnelles.

Au Rouvray, on est bien lotis par rapport à d'autres Ifsi où il faut payer l'accès au wifi, à la photocopieuse, payer pour aller à la bibliothèque universitaire, au centre de documentation, etc."

A l'Institut de formation en soins infirmiers du Rouvray près de Rouen, la rentrée n'est qu'en février mais déjà, l'association étudiante Arésis (association du Rouvray des étudiants infirmiers et solidaires) a rejoint le mouvement.

"Au Rouvray, on a seulement quatre blouses à payer à environ 15-20 euros l'unité donc on est bien lotis par rapport à d'autres Ifsi, raconte Louise, vice-présidente. Dans certains, il faut payer l'accès au wifi, à la photocopieuse, payer pour aller à la bibliothèque universitaire, au centre de documentation, etc." "Ça peut aller jusqu’à plus de 300 euros pour certains étudiants", ajoute Quentin, chargé de mission à l'Arésis. 

Compenser l'arrêt du concours ?

Ce n'est pas la première année que des tels frais sont constatés mais d'après les associations étudiantes, ils ont augmenté dans certains Ifsi avec la suppression du concours d'entrée cette année, remplacé par une inscription sur Parcoursup. Ces concours coûtaient entre 80 et 90 euros pour chaque étudiant alors "augmenter les frais complémentaires leur permet peut-être de _compenser l'arrêt du concours_", suppose Quentin.

Ce qu'ils dénoncent également, c'est de ne pas être au courant dès l'inscription sur Parcoursup : "on nous indique les frais classiques mais ces frais supplémentaires ne sont pas mentionnés", souligne Justine, chargée de mission à l'Arésis.

Un trou dans le budget des étudiants

Ces frais supplémentaires sont difficiles à supporter d'après les étudiants. "En arrivant en études supérieures, on sait qu'il y a des frais à payer mais on ne s'attend pas à devoir débourser autant, indique Louise. Certains ont des bourses mais pas tout le monde et _s'il n'y a pas les parents pour les aider, ils sont en difficulté_."

La direction de l'Ifsi du Rouvray n'était pas disponible pour répondre à nos questions. De son côté, la Région rappelle qu'elle fournit des bourses à certains étudiants pour les aider à financer leurs études.

Mais ce n'est pas suffisant pour les étudiants infirmiers mobilisés qui déplorent cette situation, alors que les études en soins infirmiers ont été la formation la plus demandée de France sur Parcoursup cette année.

Choix de la station

France Bleu