Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Près de Toulouse, pourquoi un enfant de 8 ans a-t-il été refusé dans une école ?

-
Par , France Bleu Occitanie

Un élève de 8 ans, en CE1, s'est vu refuser l'accès en classe à l'école Canta Lauseta à Villeneuve-Tolosane (Haute-Garonne) ce lundi 22 juin. Souffrant de troubles du comportement, détectés en cours d'année, la mairie et l'inspection académique ont décidé de le changer d'établissement.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - Lionel VADAM

Ce lundi 22 juin, jour de rentrée pour tous les élèves en France, un enfant de 8 ans s'est vu refuser l'accès à l'école Canta Lauseta, à Villeneuve-Tolosane (Haute-Garonne), à quelques kilomètres au sud de Toulouse. Il était attendu par le maire, la gendarmerie et une inspectrice d'académie. Explications. 

Des troubles du comportement

Cet élève de CE1 a développé, selon sa maman, des troubles du comportement à partir du mois de novembre. "Il s'est plaint de la maîtresse, a dit qu'elle l'humiliait", explique Myriam la mère de Zakaryia. S'en suivent des difficultés à l'école. La maman finit par aller voir un psychomotricien. Résultat : un TDAH. Trouble Déficit de l'Attention avec Hyperactivité.

"Le 29 janvier, j'ai envoyé par mail au médecin de la direction d'académie le bilan psychomotricien", ajoute la mère de famille. En avril, un neuro-pédiatre confirme ce diagnostic et donc le handicap "invisible" de l'élève. Pour la maman, tout le monde était donc au courant des problèmes de santé et "ils ne l'ont pas pris au sérieux."

Pour la mairie et l'Education Nationale, ce trouble n'est pas reconnu administrativement : "La reconnaissance de ce trouble nous n'en avons pas officiellement connaissance d'un point de vue administratif. Les éléments portés à la connaissance du DASEN n'ont pas été jugés suffisants pour réaffecter l'enfant dans son école d'origine", explique le maire Romain Vaillant. 

Romain Vaillant : "Il n'est aucunement déscolarisé"

La direction académique va donc alors proposer à ce qu'on change l'élève d'établissement. Ce sera l'école Fernand Becane. Décision prise le 13 mars juste avant le confinement. Pour le maire, fraîchement élu en mars dernier et qui était adjoint de l'ancien édile au début de l'histoire, "la décision était justifiée dans l'intérêt de l'enfant et du fonctionnement de l'école. Il y a eu certains faits de violence.

Il y a eu des tentatives de conciliation quand les faits nous sont remontés. Malheureusement, on n'a pas trouvé de solution. La décision a été prise sur proposition du DASEN. Il nous a écrit pour demander que l'enfant soit réaffecté. Il n'est aucunement déscolarisé. Il est inscrit à l'école Fernand Bécane", insiste Romain Vaillant. 

Depuis lundi, Zakariya ne va plus à l'école. Sa maman ne veut pas l'emmener dans cette deuxième école de Villeneuve-Tolosane : "C'est plus loin de mon domicile et j'ai deux autres filles qui vont à l'école Canta Lauseta. Et vous imaginez le changer de classe pour deux semaines ? Le perturber encore plus, c'est non." Elle scolarisera son fils dans un établissement privé à la rentrée.

De son côté, l'inspection académique explique que "les différents acteurs restent à l’écoute de la famille pour construire un projet de scolarisation adapté." 

Une action en justice lancée ce jeudi 

La famille ne compte pas en rester là. Elle a fait appel à un avocat et va saisir le tribunal administratif ce jeudi 25 juin. Elle envisage également de porter plainte pour discrimination. 

Concernant le comité d'accueil lundi devant l'école, la ville explique que la présence des gendarmes était nécessaire car il y avait des risques de troubles à l'ordre public, avec des précédents avec les autres parents. "Mais il n'y a eu aucun contact entre les gendarmes et la famille." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu