Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Prime de 300 euros pour les professeurs: "C'est du grand n'importe quoi" pour Teddy Guitton de la FSU Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

C'est la rentrée ce lundi 2 septembre en Dordogne pour 60.000 petits périgourdins. Une rentrée amère pour la FSU qui dénonce un coup de communication de Jean-Michel Blanquer et des difficultés à venir avec l'organisation du nouveau bac.

Teddy Guitton, secrétaire départemental de la FSU en Dordogne.
Teddy Guitton, secrétaire départemental de la FSU en Dordogne. © Radio France - Charlotte Jousserand

Dordogne, France

"Cela nous fait sourire", réagit Teddy Guitton sur France Bleu Périgord, à l'annonce de Jean-Michel Blanquer de verser une prime d'environ 300 euros par an aux professeurs dès 2020. Selon le secrétaire départemental de la FSU, cette prime "était déjà prévue" sous le présidence de François Hollande et c'est "du grand n'importe quoi".

Interview de Teddy Guitton, secrétaire départemental de la FSU en Dordogne

Pour un salaire de professeur qui a 20 ans de carrière, cela va représenter environ 20 euros de plus par mois, soit un peu moins d'1% d'augmentation"

Teddy Guitton estime que cette prime ce n'est "pas du tout une revalorisation salariale, ce n'est même pas un maintien du salaire et ce n'est même pas dans les textes qui étaient prévus et dans les derniers accords que nous avons signés en tant qu'organisation syndicale". 

Selon l'OCDE, le salaire d'un professeur en France en début de carrière est inférieur à la moyenne des salaires de ses confrères de l'Union Européenne. L'écart se creuse même après 15 ans de carrière. Un enseignant de collège en début de carrière en France gagne deux fois moins que son collègue allemand et un peu plus que son collègue italien. 

De nouvelles actions prévues pour dénoncer la réforme du lycée

Teddy Guitton annonce sur France Bleu Périgord que de nouvelles actions sont prévues pour cette rentrée pour dénoncer la mise en place de la réforme du bac et du lycée. A partir de cette rentrée, les élèves de premières n'ont plus de séries S, ES ou L. Ils choisissent trois enseignements de spécialités de 4 heures chacun parmi ceux proposés, jusqu'à 11 selon les établissements. 

Il y a un nombre de combinaisons parfois supérieure à 30, un casse-tête énorme pour les emplois du temps"

Pour Teddy Guitton, cette réforme pose de nombreux problèmes car cela devient "un véritable casse-tête" pour faire les emplois du temps mais cela veut dire aussi que les professeurs principaux suivent très peu certains élèves. Par ailleurs, avec la mise en place du contrôle continu pour une partie de l'évaluation du baccalauréat, les enseignants s'inquiètent sur l'organisation de ces épreuves à partir de deuxième trimestre. 

Moins d'élèves en primaire, plus d'écoles privées associatives

En Dordogne, cette rentrée 2019 est marquée par la baisse du nombre d'élèves en primaire. 600 de moins par rapport à l'année dernière, la baisse la plus importante de Nouvelle-Aquitaine. Une diminution constatée dans l'enseignement public comme dans le privé même si dans ce dernier secteur, les chiffres sont plus contrastés. 

Parmi les écoles primaires privées, certaines s'en sortent mieux que d'autres notamment celles qui mettent en avant la pédagogie alternative inspirée des enseignements de Maria Montessori. Selon Teddy Guitton, ces écoles sont montées par "des parents qui ne veulent pas faire des kilomètres" et des parents qui ont du temps pour "développer ces structures".

Ce développement des écoles associatives n'est que le résultat de la fermeture des écoles en zone rurale "ces dix dernières années" pour Teddy Guitton. Il estime que "là où le service public recule, il y a danger pour tout le monde et dans quelque secteur que ce soit"

Choix de la station

France Bleu