Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Professeurs accusés d'islamophobie à Sciences Po Grenoble : "Les étudiants impliqués doivent être sanctionnés"

-
Par , , France Bleu Isère, France Bleu

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, s'est exprimée dans le Figaro ce samedi après la publication d'un rapport suite à l'affaire des deux enseignants accusés d'islamophobie à l'IEP de Grenoble en mars dernier. Elle appelle à sanctionner les étudiants impliqués.

L'IEP de Grenoble secoué par une affaire d'islamophobie.
L'IEP de Grenoble secoué par une affaire d'islamophobie. © Radio France - Véronique Pueyo

Le gouvernement appelle ce samedi l'Institut d'études politiques (IEP) de Grenoble à "sanctionner" rapidement les étudiants qui avaient publiquement diffamé des professeurs, en les accusant d'islamophobie. Réaction après la publication des conclusions d'un rapport que le ministère de l'Enseignement supérieur avait commandé sur l'affaire.  

L'État appelle à sanctionner les étudiants impliqués

"_Les étudiants impliqués_, en diffamant leurs professeurs sur les réseaux sociaux, en portant atteinte à leur honneur et par conséquent à la réputation de l'IEP, se sont comportés de façon inadmissible. Ils devront être sanctionnés", a déclaré la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, dans un entretien chez nos confrères du Figaro (article payant)

Le 4 mars dernier, des étudiants avaient placardé à l'entrée de l'institut des affichettes accusant nommément deux professeurs d'islamophobie. Ils avaient également relayé leurs propos sur les réseaux sociaux via des syndicats étudiants, dont l'Unef.  Le parquet avait ouvert une enquête pour "injure publique" notamment et les deux professeurs avaient dû être placés sous protection policière

"Des maladresses et des fautes plus ou moins graves"

L'inspection souligne que "tous les acteurs de cette affaire ont commis des erreurs d'appréciation, des maladresses, des manquements et fautes plus ou moins graves".  

La directrice de l'IEP grenoblois soutenue par Frédérique Vidal

La directrice de l'établissement, Sabine Saurugger, avait "condamné très clairement" les affiches au moment des faits mais les auteurs du rapport estiment que les réactions de la direction ont été "insuffisantes" ou "tardives". "La gouvernance de l'IEP va être renforcée", réagit Frédérique Vidal qui a néanmoins tenu à réaffirmer "toute (sa) confiance" à la directrice de l'IEP.

Klaus Kinzler, l'un des professeurs accusés réagit 

Klaus Kinzler a été l'un des professeurs publiquement accusés d’«islamophobie» sur le campus de Sciences-Po Grenoble. Il réagit aux déclarations de la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal et à la publication du rapport commandé suite à cette affaire. 

Klaus Kinzler réagit. C'est l'un des professeurs accusés d’«islamophobie» sur le campus de Sciences-Po Grenoble

Choix de la station

À venir dansDanssecondess