Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Projet IDEX : la majorité des universités de Lyon et Saint-Étienne poursuivent l'idée d'une fusion

vendredi 25 novembre 2016 à 19:40 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le rejet du projet IDEX par l'université de Lyon III ne remettra pas la globalité du projet en cause

l'Amphi de droit de Saint-Étienne
l'Amphi de droit de Saint-Étienne © Maxppp - Celik Erkul / le Progrès

Saint-Étienne, France

Le conseil d’administration de l’université de Lyon III en tout cas s’est prononcé cette semaine à une courte majorité contre ce projet de fusion qui inclut aussi l’université stéphanoise. A l’inverse, les universités de Lyon I et Lyon II se sont prononcées pour. Celle de Saint-Étienne se réunit le 12 décembre pour valider son vote.

Khaled Bouabdallah  - Radio France
Khaled Bouabdallah © Radio France - yves renaud

L’actuel président de l’ensemble des universités lyonnaises Khaled BOUABDALLAH est donc assez confiant sur le sujet et en tout cas cette opposition de Lyon III ne l’empêchera pas de déposer mardi prochain comme prévu le dossier de candidature IDEX.

L'une des grandes originalités de ce projet IDEX , c'est de regrouper les université et les grandes écoles de notre secteur dans un même ensemble

Khaled Bouabdallah

Khaled Bouabdallah président de la Comue

Université de Lyon III - Maxppp
Université de Lyon III © Maxppp - Philippe Juste Le progrès

Du coté des opposants au projet, on trouve les étudiants du syndicat UNI qui justifient leur vote négatif à Lyon III en expliquant que l’IDEX va entrainer une perte d’autonomie des universités comme Lyon III et qu’à terme faire grossir l’université de Lyon ne la rendra pas plus performante. Alexis Camus président de la section Lyonnaise de l’UNI

Alexis Camus du syndicat étudiant UNI

Nous sommes farouchement opposés à cette fusion tout simplement parce qu'on ne souhaite pas la perte d'autonomie de Lyon III

Alexis Camus président Lyonnais du syndicat UNI

Il faut rappeler que l’obtention de ce label d’excellence IDEX doit permettre d’obtenir dans un premier temps 30 millions d’euros de crédits supplémentaires pour l’ensembles des campus et des grandes écoles de notre secteur Saint Etienne y compris. Mais à terme avec l’effet de levier de ces 30 millions, c’est sans doute plus près de 100 millions qui pourraient être investis dans la modernisation de nos universités pour les rendre plus performantes à l’échelle européenne. Autant de perspectives qui militent en faveur de l’adoption de ce projet même si ça et là, des voix s’élèvent pour en dénoncer les conséquences.

Quelques chiffres repères

Aujourd’hui la communauté de l’enseignement supérieur à Lyon et Saint Etienne représente 12 établissements qui accueillent 137.000 étudiants dont 15.500 d’origine étrangère. L’ensemble des facs et des grandes écoles représentent 168 labos de recherche et 12.500 chercheurs

Preuve de l’attractivité de l’enseignement supérieur ici, le nombre d’étudiants ne cesse de croître. Alors que la moyenne nationale est à + 9%, les effectifs de l’université de Lyon progressent chaque année de 23% et ceux de Saint-Étienne de 15%.