Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Protestation contre les E3C à Paris : deux avocates dénoncent les gardes à vue de leurs clients lycéens

-
Par , France Bleu Paris

Plusieurs lycéens contestant la réforme du bac ont été interpellés en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne en début d'année. Leurs avocates dénoncent, ce mardi, le détournement de la mesure de garde à vue.

Réforme du bac : Manifestation contre les E3C devant un lycée d’Annecy (Haute-Savoie). Le 20 janvier 2020.
Réforme du bac : Manifestation contre les E3C devant un lycée d’Annecy (Haute-Savoie). Le 20 janvier 2020. © Radio France - Richard Vivion

Entre le 28 janvier et le 7 février à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne, plusieurs blocus d'établissements ont eu lieu pour contester la réforme du baccalauréat et la mise en place des épreuves communes de contrôle continu. Quatre lycéens notamment avaient été placés en garde à vue plus de 24 heures pour des feux de poubelles. Trois d'entre eux ont fait l'objet d'une mesure de réparation pénale.

"A Gagny, Pantin, Créteil, dans les 20e, 12e arrondissement de la capitale, des mineurs de 15 à 17 ans sont massivement placés en garde à vue", écrivent les maîtres Camille Vannier et Lucie Simon dans un communiqué diffusé sur Twitter.

Les avocates de certains de ces lycéens s'alarment "de la disproportion de ces mesures" et  rappellent "que le placement en garde à vue doit être exceptionnel", surtout concernant les mineurs.

Pour elles, la garde à vue ne doit "en aucun cas être pris à des fins de punition ou d'intimidation".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu