Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quimper : une centaine de personnes rassemblée en soutien à deux lycéens convoqués au tribunal

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Une centaine de personnes était réunie ce mercredi devant le tribunal de Quimper en soutien à deux lycéens convoqués par la justice. Enzo et Mateo, scolarisés à Concarneau et Quimper, ont écopé d'un rappel à la loi pour avoir participé notamment à une manifestation non-déclarée le 16 janvier.

Rassemblement d'une centaine de personnes devant le tribunal de Quimper en soutien à Enzo et Matteo, deux lycéens convoqués par la justice.
Rassemblement d'une centaine de personnes devant le tribunal de Quimper en soutien à Enzo et Matteo, deux lycéens convoqués par la justice. © Radio France - Maïwenn Bordron

Plus de cent personnes étaient réunies ce mercredi en début d'après-midi devant le tribunal de Quimper en soutien à Enzo et Mateo, deux lycéens convoqués par la justice. Ils ont tous les deux écopé d'un rappel à la loi par le délégué du procureur pour entrave à la circulation et participation à une manifestation non-déclarée. Les faits remontent au 16 janvier dernier, ils avaient été interpellés puis placés en garde à vue à la fin d'une action de blocage au niveau du Géant de Quimper à laquelle participaient plusieurs centaines d'autres manifestants.

"Nous aussi"

Ce rassemblement était organisé à l'appel de plusieurs organisations syndicales comme la CGT, FO ou encore Solidaires. Beaucoup de manifestants présents devant le tribunal de Quimper ont participé à la manifestation du 16 janvier où Enzo et Mateo ont été interpellés. Ils ne comprennent pas les raisons de leur interpellation. C'est le cas également d'une dizaine d'enseignants du lycée Pierre Guéguin à Concarneau, où est scolarisé Enzo, en terminale bac pro maintenance nautique. Ils ont fait le déplacement ce mercredi à Quimper pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme étant une injustice.

Ils étaient 500 sur cette manifestation alors effectivement, elle n'était pas déclarée. La question qui se pose, c'est : pourquoi ces deux jeunes et pas les 498 autres ?              
Virginie Noc, enseignante d'anglais au lycée Pierre Guéguin à Concarneau

Les manifestants brandissent des pancartes en soutien à Enzo et Matteo ce mercredi devant le tribunal de Quimper. - Radio France
Les manifestants brandissent des pancartes en soutien à Enzo et Matteo ce mercredi devant le tribunal de Quimper. © Radio France - Maïwenn Bordron

"Nous aussi" scandent les manifestants en soutien à l'un des deux lycéens qui sort du tribunal. Les professeurs d'Enzo décrivent un lycéen "sympathique" qui "ne pose pas de problème", traumatisé par son interpellation le 16 janvier. "_C'est ubuesque ce qui lui est arrivé. Il a eu le tort d'être engagé de prendre la parole avant les manifestations qui ont eu lieu sur la réforme des retraites à Quimper. Je pense qu'il a été identifié à ce moment-là comme un leader", a_ffirme Virginie Noc, la professeur d'anglais d'Enzo, au lycée Pierre Guéguin à Concarneau.

Il n'y a jamais eu de souci avec Enzo du point de vue de la vie scolaire au lycée.            
Cindy Poirier, CPE au lycée Pierre Guéguin à Concarneau

"J'ai été très choquée de la façon dont il m'a rapporté ce qui s'était passé, des conditions dans lesquelles il a été arrêté. Il s'est senti comme un criminel, _il est arrivé blême au lycée suite à sa garde à vue_. Il m'a expliqué qu'il avait été plaqué au sol, que les policiers avaient conduit à 130km/h dans les rues de Quimper pour aller au commissariat et qu'ensuite il avait reçu des brimades de la part des policiers alors qu'il était en cellule", explique Cindy Poirier, conseillère principale d'éducation au lycée Pierre Guéguin à Concarneau, et syndiquée à Solidaires.

Corinne Parouty, elle, enseigne l'histoire-géographie et les lettres à Enzo, elle se dit très touchée par ce qui est arrivé à son élève. "Il est consciencieux, il est impliqué dans tout ce qu'il entreprend, c'est quelqu'un de vraiment intéressant et cultivé. Vraiment, je ne peux être que dithyrambique, c'est vraiment un garçon formidable", confie cette enseignante qui l'a en cours 5h30 par semaine. Elle affirme avoir observé un avant et un après à la suite de l'interpellation. La professeure d'histoire-géographie et de lettres vient d'ailleurs de corriger sa copie de bac blanc et trouve qu'il a "lâché scolairement", preuve selon elle que cette manifestation du 16 janvier a été traumatisante.

Corinne Parouty, professeur d'histoire-géographie et lettres, Cindy Poirier, CPE, et Virginie Noc, professeur d'anglais, enseignent au lycée Pierre Guéguin à Concarneau où est scolarisé Enzo. - Radio France
Corinne Parouty, professeur d'histoire-géographie et lettres, Cindy Poirier, CPE, et Virginie Noc, professeur d'anglais, enseignent au lycée Pierre Guéguin à Concarneau où est scolarisé Enzo. © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu