Éducation

Réforme des collèges : l'Unsa n'appellera pas à la grève

Par Arnaud Racapé et Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne lundi 5 septembre 2016 à 17:56

Elise Juanéda et Franck Deletraz, secrétaires académique et départemental du SE-UNSA de Côte d'or
Elise Juanéda et Franck Deletraz, secrétaires académique et départemental du SE-UNSA de Côte d'or © Radio France - Stéphanie Pérenon

Une rentrée calme et moins chaotique qu'annoncée, c'est le constat fait par le syndicat SE-UNSA dans l'Académie de Dijon. Le Syndicat des enseignants de l'UNSA ne prendra pas part à la grève prévue ce jeudi (8 septembre) à l'appel d'une intersyndicale .

Le syndicat, qui rassemble des professeurs du 1er et du 2nd degré, est plutôt favorable à la réforme des collèges.Il faut laisser le temps aux professeurs et aux établissements de mettre en place les nouveautés de la rentrée (l'Accompagnement personnalisé, les EPI les travaux interdisciplinaires ou les nouveaux programmes).

Le collège ne fonctionne plus

"Nous ne participons pas à cet appel à la grève tout simplement parce qu'il faut laisser le temps à une réforme de se mettre en place", confirme Elise Juanéda est secrétaire académique du SE-UNSA de Côte d'or. "Partir en grève au bout d'une semaine alors que les enseignants sont en train de s'approprier cette réforme, c'est beaucoup trop tôt. Tout le monde s'accorde à dire que le collège ne fonctionnait plus. La réforme est-elle entièrement bonne ? Il est un peu tôt pour le dire. En revanche elle remet l'élève au cœur des apprentissages, elle prend en compte les élèves les plus en difficulté, et elle donne aussi une chance aux meilleurs d'aller plus loin."

Pas seulement aux enseignants de gérer la sécurité

En raison de la menace terroriste, le rectorat l'a annoncé, les établissements devront organiser trois exercices de sécurité, dont un avant les vacances de la Toussaint. Mais le syndicat souhaite être accompagné, Franck Deletraz, le secrétaire départemental du SE UNSA de Côte d'or : "Ce qu'on demande, c'est d'être accompagnés, que ça ne relève pas d'injonctions. On n'est pas des professionnels de la sécurité. Donc on a besoin d'avoir des professionnels qui nous aident, et aussi qu'il y ait des fonctionnaires au sein des écoles. On est dans des locaux qui appartiennent aux municipalités, avec des intervenants locaux, des associations. Donc il y a les enseignants, il y a des directeurs. Mais tout ne peut pas reposer sur les directeurs. Les collectivités locales elles aussi doivent s'impliquer dans la mise en place de ces exercices de sécurité."

A noter l'une des nouveautés cette rentrée, les élèves de 3e seront formés aux gestes de premiers secours. SE-UNSA aimerait bien qu'il en soit de même pour les enseignants du second degré. Pour le moment, seuls les nouveaux(elles) instituteurs(ices) y sont formés, au terme de leurs études.

Enfin le syndicat se réjouit de la mise en place prochaine des accords PPCR, pour Parcours professionnels, Carrières et Rémunérations, qui va permettre aux profs de ne plus dépendre d'une note d'un inspecteur pour espérer avoir de l'avancement ! Comme pour les élèves, il s'agira d'une évaluation du travail, avec 4 rendez-vous au cours de leur carrière et la possibilité d'accéder à l'échelon le plus haut au bout de 26 ans d'enseignement contre 30 actuellement.