Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Réforme du bac : la banque de sujets en ligne très critiquée par certains syndicats d'enseignants

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu
Allonnes, France

Au lycée André Malraux d'Allonnes, près du Mans, la banque nationale de sujets mise en ligne dans le cadre de la réforme du baccalauréat est jugée "à côté de la plaque" par certains syndicats d'enseignants.

La banque de sujets est critiquée par certains syndicats
La banque de sujets est critiquée par certains syndicats © Radio France - Olivia Cohen

C'est l'une des conséquences de la réforme de Jean-Michel Blanquer. Les terminales, cette année, passent le bac ancienne version, mais les premières, dès le mois de janvier, passent le bac nouvelle version. Comme la réforme le prévoit, ils seront évalués en contrôle continu, avec plusieurs sessions réparties sur l'année. La première se déroule donc entre janvier et mars, en fonction des régions.

Des erreurs dans les sujets de maths

Pour ces épreuves, une banque nationale de sujets dans laquelle les profs doivent piocher pour évaluer leurs élèves a été mise en ligne le 9 décembre dernier. Au lycée André Malraux d'Allonnes, près du Mans, cette banque de sujets est très critiquée par certains syndicats, notamment par le SNES. Cette banque de sujets est nationale, c'est-à-dire valable pour tout le territoire, et concerne pour l'heure les épreuves de langues vivantes, l'histoire-géo et les maths pour la filière technologique.

Cette banque de sujets, les professeurs s'y connectent avec un mot de passe, les sujets sont accessibles en format PDF... Dedans, Marie-Pierre Guichet, professeure de maths également membre du syndicat SNES, a repéré plusieurs erreurs. Elle juge cette banque de sujets à côté de la plaque : "Dans le cas des maths, sur 300 sujets annoncés, seuls une soixantaine disponibles au moment de la mise en ligne et beaucoup ne correspondent pas à ce que nous avons enseigné ! Nous n'avons reçu de directives qu'en novembre, sauf qu'il fallait bien commencer les cours en septembre, nous avons donc dû faire des choix, qui ne correspondent pas aux sujets disponibles."

Une lettre de colère adressée au ministre

Dans le cas de l'anglais, sur les 500 sujets annoncés, seuls 43 étaient accessibles au moment de la mise en ligne de ladite banque selon Isabelle Dubé, professeure d'anglais au lycée Malraux d'Allonnes et membre du syndicat SNES : "Ça fait 21 ans que je fais ce métier, je suis si en colère que j'ai écrit au ministre [Blanquer] pour lui demander des comptes !" Pour l'heure, elle n'a reçu aucune réponse.

Contacté par la rédaction de France Bleu Maine, le service presse de l'Éducation nationale a répondu par écrit : il affirme que 1.400 sujets toutes matières confondues sont déjà accessibles et renouvelés en permanence, c'est-à-dire actualisés et adaptés en cas de besoin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu