Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Réforme du bac : vers la fin des séries L, ES et S, cinq épreuves finales dont un grand oral

-
Par , France Bleu

Le rapport sur la réforme du baccalauréat a été remis ce mercredi au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Il préconise de supprimer les séries L, ES ou S pour faire passer cinq grandes épreuves au lycéens, dont un grand oral. Le contrôle continu compterait aussi dans la note.

Lors de l'épreuve de philosophie du bac 2017, dans un lycée de Strasbourg.
Lors de l'épreuve de philosophie du bac 2017, dans un lycée de Strasbourg. © AFP - FREDERICK FLORIN

Le rapport sur la réforme du bac a été remis ce mercredi après-midi au ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer. Il préconise de réformer le baccalauréat général en le limitant à cinq épreuves finales et un contrôle continu. Le texte de Pierre Mathiot, universitaire et ancien directeur de Sciences Po Lille, s'appuie sur une centaine d'entretiens réalisés avec des acteurs du secteur : syndicats, profs, ou encore parents d'élèves. La réforme serait applicable pour le bac 2021. Le ministre de l'Éducation présentera la réforme le 14 février en conseil des ministres. 

Les séries, c'est fini : deux "majeures", cinq épreuves finales

Le texte conseille d'abord de limiter le bac à cinq épreuves finales, français compris. Les séries Littéraire, Économique et social et Scientifique du bac général seraient supprimées. Elles seraient remplacées par des options choisies dès la seconde, qui deviendraient des "majeures" en première et en terminale. Les élèves choisiraient deux disciplines "majeures" dans un menu de neuf ou dix combinaisons possibles (par exemple maths/sciences économiques, maths/physiques ou lettres/langues) et deux disciplines "mineures". L'épreuve de philosophie serait, elle, conservée pour tous les bacheliers. Les épreuves de français continueraient à être passées en classe de première.

Un grand oral passé devant deux professeurs et une personne extérieure 

Outre la philosophie, le français et les deux épreuves correspondant aux "majeures" choisies par l'élève, la cinquième épreuve serait un grand oral. Il porterait sur des matières interdisciplinaires, par exemple une majeure et une mineure. Il pourrait être préparé de manière collective, même si l'épreuve resterait individuelle. Deux professeurs du lycée des candidats et une personne extérieure le feraient passer.

Le contrôle continu, 40% de la note 

Les 40% de la note finale au bac pourraient être établis par un contrôle continu. Concernant les modalités de ce contrôle continu, Pierre Mathiot propose plusieurs pistes : la première, la prise en compte des notes de première et de terminale, laisse courir le risque d'un bac à valeur inégale, selon le niveau du lycée des élèves.

Deuxième possibilité, les lycéens passeraient des sortes de partiels, avec copies anonymes, qui seraient communs à l'académie, à tout le pays ou bien au lycée. Ces examens auraient lieu à chaque fin de semestre.

La troisième option proposée parle rapport est un mélange entre les deux solutions précédentes.

Finis les trimestres, des semestres comme à la fac 

L'année scolaire ne serait plus divisée en trimestres, mais en semestres, comme à l'université.

Le rattrapage, c'est du passé 

Le rattrapage, la seconde chance proposée à ceux qui ont obtenu moins de 10 de moyenne mais plus de 8 au bac, serait supprimé. Ce serait désormais l'examen de leurs livrets scolaires qui déterminerait leur réussite ou non à l'examen. 

Choix de la station

France Bleu