Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Régis Marcon, ambassadeur de la formation professionnelle, en visite dans un lycée à Issoire

jeudi 31 mai 2018 à 14:04 Par Jean-Pierre Morel, France Bleu Pays d'Auvergne

Les élèves du lycée Henri Sainte-Claire Deville ont reçu un visiteur prestigieux ce jeudi matin dans l'établissement. Le chef triplement étoilé Régis Marcon est venu les rencontrer en tant qu'ambassadeur de la formation professionnelle. Il a en effet été missionné pour cela par le gouvernement.

Régis Marcon a rencontré les élèves dans l'atelier de chaudronnerie
Régis Marcon a rencontré les élèves dans l'atelier de chaudronnerie © Radio France - Jean-Pierre Morel

Issoire, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Dans l'atelier de chaudronnerie industrielle, les élèves s'affairent autour des machines. Ils sont près de 330 dans ce lycée professionnel qui prépare également aux métiers de la maintenance électronique, de la gestion et de l'administration. 

700 000 élèves en formation professionnelle

Accompagné par Benoît Delaunay, le recteur de l'académie de Clermont-Ferrand, Régis Marcon est allé à la rencontre de ces jeunes. "Qu'est-ce qui vous a poussé dans cette voie ?" interroge le grand chef. "Moi, c'est quelqu'un dans la famille qui avait déjà été scolarisé ici" répond Alexis, 17 ans, en classe de seconde, "et puis je n'avais pas la moyenne pour aller dans un parcours classique" ajoute-t'il, "là je m'en sors dans les matières générales, car le niveau est un peu moins élevé". Régis Marcon l'encourage, "c'est bien, car on peut aussi se révéler dans un métier, et du coup progresser ensuite en mathématiques ou en français, une matière dont j'avais horreur quand j'étais jeune, mais c'est venu en entrant dans la profession". Régis Marcon insiste aussi sur l'intérêt d'associer ces matières générales dans les ateliers, pour plus de concret et un intérêt supérieur pour les élèves.

Régis Marcon avec des élèves en maintenance électronique - Radio France
Régis Marcon avec des élèves en maintenance électronique © Radio France - Jean-Pierre Morel

Infatigable ambassadeur de l’apprentissage, le chef étoilé Régis Marcon a repris du service en novembre dernier à la demande de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale. Déjà auteur d’un rapport, en 2010, "à l'époque j'avais déjà fais le tour des lycées professionnels en France", dédié au développement de l’alternance dans le secteur de la restauration, il a cette fois-ci été chargé, avec la députée LRM Céline Calvez, de définir de nouveaux axes à explorer pour transformer la voie professionnelle scolaire.

Adapter les formations aux besoins des entreprises

L’objectif était de formuler des propositions qui permettent aux jeunes de mieux trouver leur place dans la société et la vie active, non seulement par la maîtrise des compétences reconnues par les professionnels mais également par une acquisition renforcée des savoirs fondamentaux, savoir-être et culture générale. « J’ai mon entreprise depuis presque 40 ans, j’ai accueilli plus de 80 apprentis plus des stagiaires, donc cela me tient à cœur et j’ai pu identifier pas mal de blocages », explique Régis Marcon. Ce rapport propose de mettre en place plus de passerelles entre filières générales et professionnelles et d'adapter les formations aux besoins des entreprises. "Et je suis assez satisfais car 80% des propositions ont été retenues".

Il préconise de revoir toute la formation professionnelle et de confier sa gestion à un pilote unique, en l’occurrence la région qui connait les besoins dans les territoires et pourra ainsi les mettre en adéquation avec les formations. Régis Marcon insiste aussi sur la nécessité de créer un dispositif d’orientation personnalisé pour aider le jeune à mieux connaitre le métier qu’il a choisi et sécuriser son parcours vers le monde professionnel en le faisant entrer dans la profession de façon progressive.