Éducation

Rencontres de la sécurité : les gendarmes de Côte-d’Or font de la prévention dans les collèges

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne mardi 11 octobre 2016 à 18:24

Le chef Mickaël Baugey face aux élèves
Le chef Mickaël Baugey face aux élèves © Radio France - Jacky Page

Policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers et représentants de la sécurité routière vont au devant du grand public cette semaine, partout en France. Ce sont les rencontres de la sécurité. Les gendarmes y participent, dans les collèges de Côte-d’Or.

Le chef Mickaël Baugey, de la brigade d'Is-sur-Tille (Cote-d'Or), se rend régulièrement dans des collèges pour évoquer les problèmes d'addiction et de conduites à risques. Ce mardi après-midi, il était au collège Arthur Rimbaud de Mirebeau-sur-Bèze. Devant cinq classes d'élèves de sixième, aidé d’une vidéo-projection, il a expliqué ce qu’est une drogue, comment s’installe une addiction, et comment à leur niveau d’enfants ils peuvent en être victimes. Comme par le biais du tabagisme passif.

« Qui est-ce qui a des parents qui fument à l’intérieur ? ». Quelques dizaines de bras se lèvent. Un jeune garçon prend la parole : « Quand mon papa fume, je vais dans un placard, comme ça je ne sens pas la fumée ». Les autres rient. Le garçon explique : « ben oui, la fumée me fait tousser, ce matin, dans la cuisine, je lui ai demandé d’aller fumer dehors, il m’a dit non parce qu’il faisait trop froid ».

Le gendarme poursuit sa démonstration :

« Quand vos parents fument à l’intérieur, vous respirez leur fumée. Papa et maman passent leur temps à dire qu’ils vous protègent, et au final, ils participent à écourter votre vie. Ils vous passeraient une cigarette en même temps qu’ils se servent, ça serait exactement la même chose ».

Les enfants sont très concernés par ce qui se passe dans les familles

Le chef Baugey donne alors ce conseil aux enfants : « A partir d’aujourd’hui, quand vos parents allumeront une cigarette à l’intérieur, vous leur direz que le gendarme a dit d’aller fumer dehors. Essayez. En les envoyant dehors quand il fait quatre degrés, je peux vous assurer qu’ils ne fumeront pas quinze clopes. Vous contribuerez à la réduction de leur consommation de tabac ».

Virginie Bouly, infirmière scolaire, confirme que les enfants sont très concernés par ce qui se passe dans les familles. Ils montrent de l’inquiétude parfois par rapport aux parents. « A cet âge-là, on peut avoir une action de prévention efficace parce que justement ils ont cette conscience »

Partager sur :