Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Rentrée 2019 : "On a l'impression que tout ce qui est demandé de faire avec les élèves n'a plus de sens"

-
Par , France Bleu Picardie

C'est une rentrée scolaire sur le pied de guerre qui se prépare dans la Somme. La loi du ministre de l'Education pour "une école de la confiance" va s'appliquer pour la première fois lundi 2 septembre. Le syndicat enseignant SNUipp compte faire entendre son désaccord avec cette nouvelle école.

Maryse Lecat, co-secrétaire départementale du syndicat d'enseignants SNUipp dans la Somme.
Maryse Lecat, co-secrétaire départementale du syndicat d'enseignants SNUipp dans la Somme. © Radio France - Noémie Philippot

Picardie, France

À moins d'une semaine de la rentrée, l'heure est aux derniers préparatifs pour les enseignants qui ont déjà retrouvé leurs classes. La loi pour "une école de la confiance" s'applique pour la première fois ce lundi 2 septembre. "Du n'importe quoi !" pour Maryse Lecat, co-secrétaire départementale du syndicat d'enseignants SNUipp dans la Somme. 

Cette loi prévoit du changement dès les classes de maternelles. L'enseignement pour les enfants dès trois ans devra se concentrer sur les trois notions : lire, écrire, compter. Pour Maryse Lecat, "connaître déjà les lettres de l'alphabet, savoir déjà le son que ça produit, c'est quelque chose qui ne se fait pas avant 5 - 6 ans. On a l'impression que tout ce qui est demandé de faire avec les élèves n'a plus de sens."  

Dès la maternelle également, les professeurs des écoles vont devoir enseigner des langues étrangères,"sauf qu'on n'a pas la formation pour pouvoir le faire. Cela fait 35 ans que je suis enseignante, je n'ai jamais appris à enseigner une langue vivante. J'ai la chance d'avoir des collègues plus jeunes que moi et qui ont cette habilitation, sinon on va avoir recours à internet et pour moi, ce n'est pas de l'éducation." 

Des formations pour les enseignants pendant les vacances scolaires

Justement il y a du changement aussi concernant la formation continue des enseignants : "C'est la nouveauté du ministère, ils veulent nous faire de la formation continue pendant les vacances scolaires, mais nous obliger à y aller ! Ce n'est pas comme ça que ça doit se faire. Ça doit se faire toujours sur le temps de travail, tous les salariés ont de la formation sur leur temps de travail." 

Selon elle, cette nouvelle mesure conduirait à la suppression de postes de remplaçants qui assuraient les cours pendant ce temps de formation sur le temps de travail. 

Une rentrée avec une trentaine d'écoles en moins dans la Somme

Il y a une trentaine d'écoles en moins dans la Somme pour cette rentrée 2019. Certaines ont fermé, d'autres ont fusionné, souvent au profit de Regroupements Pédagogiques Concentrés (RPC). À Oisemont, ce RPC va regrouper plus de 300 élèves. "On trouve que c'est un petit collège et on n'a pas le fonctionnement pour pouvoir le faire. Il faut rester à taille humaine, quand on a 6 - 8 classes ça va, au-delà c'est compliqué. Pour l'enseignement ça peut encore marcher, mais dans les réunions entre tous les enseignants c'est compliqué, discuter tous ensemble à 8 ou 10, c'est difficile." Pour Maryse Lecat, cela signe aussi la mort de certains villages qui perdent leur école, sans que ces RPC apportent plus de moyens aux écoles. 

Une "semaine noire" pour la rentrée

Pour exprimer leur colère, les syndicats envisagent des actions d'ici la fin du mois de septembre. Dans la Somme, ils appellent à une "semaine noire" pour la rentrée : "pendant toute la première semaine, on va demander aux enseignants de s'habiller en noir, de mettre un brassard noir et prendre des photos pour montrer qu'on est en colère contre les projets du gouvernement Macron."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu